fbpx
3-astuces-clés-pour-apprendre-une-partition-par-cœur-efficacement

3 clés pour apprendre une partition par cœur efficacement

Nous l’avons tous vécu.

C’est encore arrivé récemment à une camarade.
​En cours d’interprétation…

​ ​Elle n’avait pas vraiment eu le temps d’apprendre sa chanson par cœur avant le cours. Elle ​tentait de l’apprendre ​à la hâte pendant le cours.

Ses yeux ne quittaient presque pas son téléphone.
​De temps en temps, ils se fermaient et là, ​ses lèvres commençaient à bouger en silence.

Elle allait se produire devant nous dans l’heure qui suivait.
Elle savait qu’il lui fallait connaître un minimum sa chanson.

​Et quand est venu le moment de monter sur scène, elle semblait confiante.
Pourtant, à peine a-t-elle commencé à chanter que sa magnifique voix cristalline
s’est interrompue.

Tout s’emmêlait dans son esprit.
​La Bohème de Charles Aznavour était ponctuée de silence​.

La qualité de sa mémoire n’est pas en cause.
Non !Mais tout comme le cerveau, la mémoire un mode d’emploi.

Il faut le respecter !

Apprendre une partition par cœur mobilise les mêmes capacités d’apprentissage
que la mémorisation d’une chanson. Et si vous vous y prenez n’importe comment, vous obtiendrez n’importe quoi comme résultat.

Pourtant, des stratégies simples peuvent vous protéger contre ce type d’expérience.

Dans cet article, vous allez découvrir 3 concepts clés qui vous permettront d’apprendre une partition par cœur efficacement.

Si vous souhaitez ne plus jamais mélanger les différentes parties de ce que vous avez
essayé d’apprendre, je vous garantis que ces 3 principes seront de précieux alliés.

1) Mémoriser une partition par cœur efficacement grâce à la Big Picture

IMPORTANT :
La vidéo ci-dessous reprend certains éléments de l’article, cependant elle n’en couvre pas tous les éléments !

Avez-vous déjà entendu parler de la Big Picture ?

Ce concept de Neurosciences simple, mais redoutable, est régulièrement
mis en lumière dans le domaine de l’apprentissage.
Pour vous l’expliquer, je vais utiliser une métaphore très simple.

Il s’agit de la métaphore du puzzle.

Cette métaphore est utilisée par Tony Buzan, l’inventeur du Mind Mapping, dans son livre Une tête bien faite.  Dans ce livre, Tony Buzan utilise cette métaphore pour parler de la prise en main d’un livre.

Vous allez voir que cette métaphore est tout autant pertinente lorsque l’on souhaite apprendre une partition de musique par cœur.

a) La métaphore du puzzle

Imaginez-vous devant un puzzle.

Quelle stratégie allez-vous utiliser pour assembler rapidement l’ensemble des pièces qui le composent ?

Allez-vous prendre une pièce au hasard dans le paquet et commencer à tout de suite la positionner par rapport à une autre pièce ?

Non bien sûr !
Lorsque vous commencez un puzzle, vous respectez certaines étapes.
Comme par exemple :

1) Vous regardez l’image sur la boîte

2) Vous regardez le nombre de pièces qui composent le puzzle.

3) Vous triez les pièces et mettez celles qui constituent les coins et les bords de côté
Vous les triez éventuellement aussi par gamme de couleurs

4) Vous sélectionnez une pièce qui vous paraît appropriée pour commencer et vous la posez au milieu

Commencer un puzzle en prenant une pièce au hasard sans même regarder l’image ​sur la boîte semble ridicule, n’est-ce pas ?

Et pourtant, c’est un peu ce que font beaucoup de musiciens lorsqu’ils essaient d’apprendre une partition de musique par cœur.

b) Pour apprendre une partition par cœur, aidez votre cerveau à savoir où il met les pieds

Tout comme vous, votre cerveau a besoin de repères pour mieux s’orienter et prendre de meilleures décisions.

Pour lui, apprendre une partition par cœur c’est exactement comme essayer de faire un puzzle pour vous.

Plus votre cerveau peut se faire une idée concrète de ce que vous voulez qu’il mémorise, mieux il mémorisera.
C’est cette « représentation globale » qu’on appelle la Big Picture en neurosciences.

En effet, lorsque votre cerveau s’est construit une image globale de la partition que vous souhaitez apprendre, il saura mieux comment organiser et stocker les différentes informations à mémoriser.

Pour le dire simplement, votre cerveau a besoin de savoir où il met les pieds pour être efficace. Vous aussi d’ailleurs !

c) Conseils pour créer la Big Picture d’une partition que vous souhaitez apprendre

Voici une liste d’étapes importantes pour bien démarrer l’apprentissage d’une partition de musique :

• Regardez votre partition dans sa globalité :
combien de pages ; impression recto-verso ? ; nombre de portées par page, nombre de clés employées, etc.

​• Observez la structure de l’œuvre :​​ De combien de parties est composée l’œuvre, combien de mouvements, combien de renvois, etc.)
Quelle est la taille de chacune de ces parties ?

​ • Et ses particularités : Quels types d’annotations sont utilisés ? Y a-t-il des endroits atypiques ? (Commentaires particuliers ; Symboles rarement utilisés)

 • Etc.

​Ce petit travail préalable à l’apprentissage par cœur a pour but de vous donner une sensation de familiarité avec cette partition.
En effet, lorsque vous avez cette sensation de familiarité, vous avez gagné !

Pourquoi ?

Parce que, non seulement, ce « confort intérieur » va vous placer dans les meilleures dispositions pour apprendre cette partition.

Mais, plus important encore, cette sensation de familiarité est un indicateur fiable du fait que votre cerveau s’est construit une représentation globale de la partition que vous souhaitez apprendre par cœur.

Dans ces conditions, il pourra beaucoup plus rapidement organiser chaque élément qui compose cette partition. Il saura les stocker dans les endroits les plus appropriés, il les hiérarchisera selon une logique musicale, et créera des relations entre eux en fonction de votre niveau de compréhension.

Bien sûr, je ne vous demande pas de me croire sur parole.

Mais je vous invite à tester cette stratégie simple dès que vous chercherez apprendre une nouvelle partition de musique.

Pour en savoir plus sur le concept de la Big Picture, vous pouvez regarder  la vidéo de Barbara Oakley​, professeure américaine d’ingénierie à l’Université d’Oakland et à l’Université McMaster.

2) Mémoriser une partition par cœur en laissant votre cerveau respirer

À présent, intéressons-nous à comment votre cerveau mémorise.

Et oui, maintenant que vous allez offrir des informations mieux organisées à votre cerveau, c’est important de les lui donner en respectant son rythme d’apprentissage. Nous sommes d’accord ?

Je vous ai déjà parlé de l’importance du repos dans l’article intitulé  « Le mode diffus, une autre manière d’apprendre la musique »
Si vous n’avez pas lu cet article, je vous invite à le faire maintenant.

Vous allez découvrir que votre cerveau travaille pendant que vous vous reposez.
Plus fou encore, vous allez voir qu’il vous arrive de saboter vos processus
d’apprentissage juste par ce que vous travaillez trop.

Et que cet excès de zèle se révèle parfaitement contre-productif en termes d’apprentissage !

Pour éviter de tomber dans ce piège, lisez cet article qui vous explique les 2 modes attentionnels de votre cerveau .

a) Mémoriser une partition c’est l’intégrer dans des circuits neuronaux physiques

Et oui !

C’est important d’aller à l’essentiel.
Dans le cœur des choses.

Au niveau anatomique, apprendre et mémoriser une partition de musique,
c’est stocker toutes les informations qui la composent à l’intérieur de circuits neuronaux recyclés ou construits pour l’occasion.

Je sais que la plupart d’entre vous ont déjà conscience de cela. Mais c’est un élément fondamental que je me devais de souligner avant de passer à la suite.

Pourquoi ?

Parce que même si vous êtes conscients de ce phénomène, il peut vous arriver de ne pas en tenir compte lorsque vous apprenez une partition de musique par cœur.

Un peu comme ma camarade qui tentait de mémoriser sa chanson par cœur à la dernière minute.

Voyez vous-même.

3) Mémoriser une partition par cœur en allant du global au détail

a) Apprendre tout d’un coup, c’est ne rien apprendre du tout

Apprendre, c’est construire des connexions neuronales.
Et construire, ça prend du temps !

Pensez à la construction d’une maison.

Pour commencer, il faut creuser et poser une dalle.
Et la dalle doit sécher, durcir et se solidifier.

Si vous commencez à poser des briques, construire entièrement vos murs
alors que la dalle n’est pas encore sèche.

Vous courez à la catastrophe aussi vite qu’Ushain Bold court le 100 m.

C’est la même chose si vous essayez de poser la charpente avant même que vos murs soient finis, ou que vous commencez à poser les tuiles alors que la charpente n’est pas entièrement conçue !

Dis comme ça, cela doit vous paraître bête comme bonjour !
En effet, c’est du bon sens paysan. 😉

Cependant, c’est des stratégies similaires que je retrouve souvent chez les musiciens qui tentent d’apprendre le plus rapidement possible leurs partitions.

Apprendre une nouvelle partition en tentant de tout mémoriser d’emblée,
c’est comme construire une maison en accéléré, sans respecter le timing que nécessite chaque étape.

À la fin, vous retrouvez les tuiles, la charpente et les murs au milieu de la dalle qui continue tranquillement à se durcir.

Mauvaise idée, n’est-ce pas ?

Comme dit la sagesse paysanne :
« Ce n’est pas en tirant sur la salade qu’elle va pousser plus vite ! »

En version neurosciences ce proverbe donne :
« Ce n’est pas en ne respectant pas le mode d’emploi de votre cerveau que vous allez apprendre plus vite »

Votre cerveau a besoin de temps pour construire les circuits neuronaux dans lesquels il stockera ce que vous souhaitez apprendre. Il est donc impossible de tout mémoriser rapidement.

Sinon vous serez victime de ce qu’on appelle en sciences cognitives le « phénomène d’interférence ». Les connaissances qui ne sont pas bien structurées et consolidées se mélangent.  Et elles seront beaucoup plus facilement oubliées.

C’est un peu quand vous essayez de retenir un mot ou un nombre de tête et que vous le répétez intérieurement.

Vous l’avez sans doute déjà remarqué !
Si vous n’êtes pas vigilants, certains mots ou nombres vont être remplacés par des mots ou des nombres qui ont une sonorité très proche.

Ce qui n’est pas clairement intégré aura tendance à se déformer et à être mélangé.
#MauditPhénomèneD’interférence
😉

b) Mémoriser une partition efficacement en faisant preuve de logique

Dites-moi !

Est-il judicieux de vouloir décorer les murs qui ne sont pas encore totalement construits ?

Bien sûr que non ! Encore une question étrange…

Ici, la décoration représente les détails présents dans votre partition.
Les nuances les plus fines et plus subtiles.
Les infimes variations qui donnent un charme fou à l’œuvre que vous souhaitez apprendre.

Ces détails doivent être imprimés une fois que votre partition est déjà bien intégrée dans votre mémoire. Une fois que les fondations de l’œuvre sont posées.

Pour apprendre efficacement, il y a une loi que je vous invite à toujours garder en tête.
Cette loi est directement lien avec le concept de la Big Picture.

Lorsque vous apprenez, pensez à aller toujours du plus gros vers le plus petit,
du global ​au détail. Sinon, cela revient à vouloir décorer des murs qui ne sont pas encore construits.

Je sais que c’est évident.

​Mais par expérience, je sais aussi que ce n’est pas parce que certains principes sont évidents que nous les appliquons.

En effet, notre enthousiasme est aussi une mauvaise évaluation de nos performances nous pousse à enfreindre ces principes élémentaires.

Et, au final, vous vous retrouvez à perdre du temps en essayant d’en gagner.

C’est ballot, non ?
Pour éviter cela, faites preuve de logique !

​Apprendre une partition par cœur : ​CONCLUSION

Apprendre une partition par cœur, ou apprendre une chanson, ne relève pas du miracle.

Si vous avez l’impression d’avoir des difficultés, c’est sans doute que vous négligez
certains principes simples
, mais essentiels pour garantir un apprentissage de qualité.

Pour mémoriser des partitions et des chansons plus facilement,
rappelez-vous de respecter les 3 principes suivants :

  1. Appropriez-vous l’œuvre dans sa globalité.
    Créer dans votre cerveau la Big Picture en appliquant la technique du puzzle
  2. Ne précipitez pas les étapes, mais laissez à votre cerveau le temps de construire les circuits neuronaux entre chaque révision
  3. Soyez logique et apprenez toujours en allant du global au détail

Bien sûr, il existe des Stratégies d’Apprentissages Neuro-Optimisés qui donnent des résultats spectaculaires en termes de vitesse d’apprentissage. Mais avant de construire une cathédrale, là encore, il faut vérifier que nous construisons bien les fondations.

Sinon, c’est prendre le risque que le clocher finisse par s’écrouler.
Je n’aimerais pas être la personne qui sera en dessous le jour où il tombe ! 😉

Cependant, si vous souhaitez découvrir une stratégie pour mémoriser une partition, un morceau ou une chanson à vie, en un minimum de révision, vous la trouverez dans cet article.

Pour ceux d’entre-vous qui veulent en savoir plus, je vous ai préparé mini cours gratuit pour apprendre à mémoriser beaucoup plus efficacement.

Ce mini cours est GRATUIT. Alors, profitez-en ! 😉

Pour le télécharger, vous n’avez qu’à m’indiquer à quelle adresse je dois vous l’envoyer en remplissant les champs ci-dessous :

Et vous, que faites-vous

Et maintenant dites-moi. Avez-vous des astuces à partager aux autres lecteurs, ou des remarques sur ce que vous venez de lire ?

Si c’est le cas, écrivez cela dans l’espace commentaire ci-dessous, je me fais un plaisir de répondre.

Avec confiance et motivation 😉

Roman Buchta

Partager l'article
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    172
    Partages
  • 172
  •  
  •  
  •  
Roman Buchta

J'ai crée le blog Ouimusique pour mettre en lien mon métier de formateur/coach en neurosciences de l'apprentissage et en préparation mentale avec ma passion pour la musique. Titulaire d'une Maîtrise en Sciences-Cognitives et coach certifié par l'état au niveau bac+5, j'interviens notamment au Conservatoire Nationale Supérieur de musique et de Danse de Lyon.

  • Valentine dit :

    Merci pour ces 3 clés utiles. Je crois qu’il est aussi essentiel de bien se connaître et savoir comment notre mémoire fonctionne pour orienter l’apprentissage (oral, écrit, images mentales, global, détail, kinesthésique, etc…)

  • Nicolas dit :

    Merci pour cet article. J’adore toutes les astuces qui permettent
    d’optimiser les capacités de notre cerveau… Sans aller jusqu’au film
    “Lucie” de Besson, je suis persuadé que l’homme peut exploser son
    potentiel avec les neurosciences !

  • >
    ut nec Donec et, adipiscing Donec ante. elementum ut fringilla