fbpx
homme-concentré-piano-mieux-travailler-la-musique

Apprenez à vous déconcentrer pour mieux travailler la musique



Je sais.
Ce titre est un peu particulier.

Mais il faut au moins cela pour attirer votre attention, non ?
Sinon, aucune chance que vous décrochiez de votre profil Facebook…
Ou que vous cliquiez sur cet article dans Google !

Et ce que j’ai à vous dire est très important.
Cela peut vous permettre de mieux travailler la musique.
D’avoir plus de plaisir, moins de frustration, moins de tension.

Qu’il y ait plus d’amour que de haine dans la relation ambivalente,
que vous entretenez peut-être avec votre instrument.

Alors, rien que pour cela, ce titre vaut le coup. ;D
On est d’accord ?
 
D’ailleurs, il n’est pas aussi éloigné de la vérité que ce que vous le pensez.
En effet, c’est même l’exacte réalité.

Pour mieux travailler la musique, vous avez besoin de savoir vous déconcentrer rapidement et efficacement.

Etonnant, n’est-ce pas ?

Rassurez-vous, vous allez très vite comprendre pourquoi. ;D
Et comme d’habitude, vous allez découvrir quoi faire pour vous déconcentrer sur commande…
Afin de mieux travailler la musique !

C’est partie pour la découverte d’une facette méconnue de l’attention.

​Deux facettes de l’attention à gérer pour mieux travailler la musique

Vous le savez.
Être attentif, c’est garder sa conscience focalisée sur l’objet de son choix.

Et cette capacité à rester attentif repose sur une alchimie délicate.
Pour mieux travailler la musique, vous devez trouver un équilibre entre intensité et sélection.
Entre le « comment » de l’attention et le « quoi » de l’attention.

Voyons cela de plus près.

​Intensité de l’attention

cerveau-se-déconcentrer-mieux-travailler-la-musique

Lorsqu’on parle d’attention, nous faisons souvent référence à son intensité.
C’est le « comment » de l’attention.

Si je vous demande :
« A quel point étiez-vous concentré la dernière fois que vos mains se sont posées sur votre instrument ? »

Pour me répondre, vous allez réfléchir en termes d’intensité.

Est-ce que vous étiez concentré comme les particules de lumière d’un rayon laser ?
Ou votre attention ressemblait plus aux rayons de lumière qu’émettent nos bonnes vieilles ampoules ?

Et vous avez raison de réfléchir en terme d’intensité.

Car intensifier votre attention est crucial pour mieux travailler la musique.

Pensez à de l’eau.
A une goutte d’eau sur un de vos doigts.
Voyez comme elle est inoffensive.

Et maintenant, songez à la puissance de ces jets d’eau que certaines usines utilisent pour couper des planches de tôle.
Ça décoiffe, hein ? ;D

Même de singulières petites gouttes d’eau peuvent avoir un effet dévastateur si on les concentre intensément.

Pour votre attention, c’est pareil.
Plus vous la concentrez, plus elle aura de l’impact.
Et mieux vous ancrerez vos apprentissages
dans votre cerveau et dans votre corps.

Mais pour beaucoup de musiciens, c’est plus facile à dire qu’à faire.
Se concentrer rapidement et puissamment peut sembler aussi compliqué que de calculer 69 X 54 de tête tout en faisant un créneau.

Pourtant cela s’apprend. ;D
Et si vous avez des doutes quant à vos capacités, des blocages, là aussi il y a des solutions.
Notamment en respectant les principes du Système d’Apprentissage Neuro-Optimisé™.

En attendant, pour améliorer votre capacité de concentration, vous pouvez travailler sur l’autre facette de l’attention.

Voyons comment faire.

​Orientation de l’attention

Maintenant que nous avons évoqué le « comment » de l’attention,
Intéressons-nous au « quoi » de l’attention.

On pourrait même dire le « sur quoi » ou le « à quoi » de l’attention.

« Sur quoi » êtes-vous concentré ? »
« A quoi » avez-vous du mal à rester attentif ? »

En neurosciences, on parle de sélection attentionnelle.
Quel objet votre attention a sélectionné ?

Cette facette de la concentration paraît si évidente qu’elle est souvent oubliée.
Et pourtant, c’est le nerf de la guerre.

pointe-de-flèche-mieux-travailler-la-musique
Pour atteindre sa cible, une flèche doit partir dans la bonne direction.
Sinon, qu’importe la puissance avec laquelle elle est envoyée.

« C’est évident » me direz-vous !
« Pour bien travailler la musique, je dois me concentrer sur mon jeu, ma technique, mon son…
Enfin sur mon piano, ma guitare, ma flûte ! »

Ok, vous avez raison.

Mais il y a une subtilité.
C’est l’aspect négligé dont je vous ai parlé au début de l’article.

Vous vous souvenez ?

Mieux travailler la musique en désengageant votre attention

Nous y sommes.

Le désengagement de l’attention
Drôle de bête, non ?

Vous allez comprendre.

Le « quoi » de votre attention n’est pas quelque chose de statique !
Loin de là ! Et vous le savez. ;D

Faisons le test.

Essayez de jouer un morceau que vous maîtrisez de tête.
Rester concentré le plus longtemps possible sans penser à autre chose.
Là, maintenant. Sans interruption.
Allez-y, faites-le !

Conclusion ?
Et oui, votre esprit passe du coq à l’âne en un battement de cil. ;D

C’est là qu’intervient cet étrange désengagement de l’attention.
C’est lui qui peut vous sauver.
Tel un super héros bienveillant prêt à tout pour assurer votre bien-être…

Vous sauvez de quoi ?

Mais de l’errance éternelle dans les limbes de vos associations mentales, libres et incontrôlées, bien sûr ! ;D

Quand vous partez dans vos pensées, vous n’êtes plus maître de grand-chose n’est-ce pas ?

Les trois compétences du « quoi » de l’attention

Maîtriser le « quoi » de votre attention exige trois compétences.

1) Resté focalisé sur l’objet de votre choix
Cela tout le monde le sait.

2) Remarquez quand vous avez perdu le fil, désengagez votre attention (#je sors de l’errance ;D )
 
3) Vous reconcentrez sur l’objet de votre choix.

Vous vous rappelez le tir à l’arc de tout à l’heure ?

Savoir désengager votre attention et vous reconcentrer, c’est comme contrôler le vent pour souffler dans la bonne direction et réorienter la flèche de votre attention.
Vous comprenez ?

Et comme votre esprit passe très vite du coq à l’âne, c’est crucial de corriger ces dérapages
aussi vite que vous retirez votre main du four quand il est brûlant.

Vous voyez l’idée ?

En musclant votre capacité à vous désengager, votre capacité de concentration va devenir bien meilleure.

Cela va vous permettre :

  • D’être plus souvent là où vos doigts sont.
    Pour un travail plus conscient et de meilleure qualité.

  • De rester moins longtemps bloqué sur ce qui vous dérange et vous frustre.
    Afin d’y revenir plus tard avec un état d’esprit serein. ;D

  • De passer plus vite à autre chose lorsque vous faites une fausse note en public.
    Et de ne pas sacrifier de nombreuses mesures à ruminer sur ce qui ne peut pas être changé…

Ça vaut le coup n’est-ce pas ?

Figurez-vous qu’il existe un outil simple pour muscler ces compétences.
Vous avez une idée ?

Et oui, il s’agit de la méditation !
Du point de vue des neurosciences, méditer est un exercice de cerveau qui permet de muscler de très nombreuses compétences cognitives. ;D

Méditer pour mieux travailler la musique

photo-zen-cailloux-mieux-travailler-la-musique

​La méditation, c’est quoi ?

Pour faire simple, méditer peut être vu comme un « simple » exercice de concentration.

Il vous suffit de :

  • Choisir un objet sur lequel vous allez vous focaliser, et vous concentrer dessus.
    Votre respiration ou l’écoute sans distinction de tous les sons que vous entendez…

  • Remarquer lorsque votre esprit dérive

  • Vous reconcentrer sur l’objet de votre méditation
    Et oui, c’est exactement ce dont nous avons parlé juste avant !
    Comme de par hasard… ; D

    Méditer consiste à répéter en boucle les étapes 1,2 et 3.

Voici un exemple :

  1. Vous vous concentrez sur l’air qui pénètre et sort de vos narines…
    Vous mobilisez l’attention soutenue, gérée par votre cortex préfrontal.

  2. Vous laissez passer des pensées « autres » en restant concentré sur votre respiration.
    Vous mobilisez l’attention sélective, gérée par votre cortex cingulaire.

    => Mais fatalement, vous finissez par penser à autre chose, comme ce que vous allez cuisiner à midi.

  3. Vous remarquez que votre esprit dérive et vous désengagez votre attention de cette nouvelle pensée.
    Pour désengager votre attention,vous mobilisez votre cortex pariétal inférieur.

    => Bien entendu, vous êtes gentil et bienveillant avec vous-même lorsque vous remarquez que vous êtes distrait. Avoir de la compassion envers vous-même vous rendra plus heureux et plus confiant en tant que musicien. Nous en reparlerons sans doute.

  4. Vous vous reconcentrez à nouveau sur l’air qui entre et sort de vos narines.
    Vous mobilisez à nouveau l’attention en stimulant toujours un peu plus votre cortex préfrontal.

Bien sûr, d’autres zones du cerveau sont impliquées.

Et chemin faisant, vous allez toutes les muscler.
Ainsi votre capacité de concentration va grossir telle une boule de neige qui dévale une colline.

Alors souvenez-vous de ce que je vais vous dire maintenant :
Comme d’habitude et comme pour la musique, la régularité compte plus que la quantité.

Et…

« Chaque jour vous construisez le cerveau que vous aurez demain. »

Vous commencez à connaître la chanson.
Une chanson pleine d’espoir ! ; D

​Les millions de bienfaits de la méditation pour les musiciens

Homme-qui-médite-concentré-au dessus-arbre

Depuis une cinquantaine d’années, de très nombreuses équipes de chercheurs étudient les bénéfices de la méditation.
Et plus les recherches avancent, plus les scientifiques constatent que, méditer,
génère autant de bienfaits qu’il y a d’étoiles dans le ciel.

Comme cette étude publiée en 2014 par le département de psychiatrie de l’université du Massachusetts.
À travers elle, il a été démontré que pratiquer une méditation de type « pleine conscience » réduisait les troubles des personnes anxieuses.

Et devinez ce que les chercheurs ont découvert ?
Et bien tout simplement que, grâce à la méditation, les patients anxieux réussissaient mieux à désengager leur esprit de pensées stressantes ou angoissantes !

Génial, non ?

Les chercheurs ont bien évidemment découvert d’autres bienfaits.
Comme par exemple que la méditation ralentit les processus de vieillissement en augmentant le taux d’acide télomérase dans nos cellules.

Et aussi qu’après 8 semaines de méditation quotidienne, les situations stressantes déclenchent un moins haut niveau de stress dans notre organisme.
Et que l’organisme retourne ensuite beaucoup plus vite à son état normal.

Et lorsque l’on est musicien, les situations qui déclenchent du stress, ce n’est pas ce qui manque !

Pour certains, c’est la difficulté à atteindre des objectifs.
Pour d’autres, c’est l’ambiance compétitive, la comparaison avec les autres.
Pour d’autres encore, c’est l’image de soi qui s’égratigne.
Et pour d’autre encore c’est le manque de temps.

Euh non, ça c’est pour moi !
Rire !!

Bref, chacun de nous gagnera à calmer son esprit quelques minutes par jour.

D’autant plus que cela vous permettra de mieux travailler la musique.
Car comme je le dis souvent :

« Il n’y a pas de travail de qualité sans une attention de qualité. »

Et, méditer quelques minutes chaque jour vous aidera à mieux vous concentrer.

Grâce à cela, vous focaliserez votre attention plus efficacement sur des choses qui en valent la peine ! Et vous désengagerez votre attention plus facilement des choses qui ne la méritent pas !
C’est le fameux double « Effet Kiss Cool » ! ;D

​Ressources pour mieux travailler la musique

Pour découvrir un hack simple qui boostera votre concentration, lisez cet article.

Pour pratiquer la méditation, les ouvrages de Christophe André et de Matthieu Ricard sont des sources sûres. Beaucoup contiennent des CD avec des méditations guidées pour vous accompagner dans votre pratique.

Par ailleurs, les applications payantes Headspace et Calm sont vraiment efficaces pour aider à prendre l’habitude de méditer. Car c’est souvent là que le bât blesse.

Cette application sont payantes. Environ 40 euros l’année.
C’est normal, elle représente un immense travail.
Et combien coûte le fait de mourir trop tôt ? De tomber malade à cause du stress ?
Combien d’argent dépensé pour essayer de guérir ?

Pour en savoir plus sur la méditation, vous pouvez regarder ce reportage d’ARTE et lire cet article du CNRS.

Quant à moi, je vous laisse pour aller pratiquer ma méditation quotidienne. ;D

Comme d’habitude, posez vos questions et partagez-nous vos expériences dans les commentaires.

Cela nous permet d’échanger et ainsi Google va bien référencer cet article, qui m’a pris plus d’une journée et demie de travail.

Vous pouvez également partager l’article aux personnes que vous connaissez à qui il pourrait faire le plus grand bien.

Avec confiance et motivation ;D

Roman Buchta

Partager l'article
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    74
    Partages
  • 74
  •  
  •  
  •  
Roman Buchta

J'ai crée le blog Ouimusique pour mettre en lien mon métier de formateur/coach en neurosciences de l'apprentissage et en préparation mentale avec ma passion pour la musique. Titulaire d'une Maîtrise en Sciences-Cognitives et coach certifié par l'état au niveau bac+5, j'interviens notamment au Conservatoire Nationale Supérieur de musique et de Danse de Lyon.

  • Pierre-Favre dit :

    Ton article est bien écrit, il est agréable à lire. J’aime les comparaison que tu y mets, elle permettent de suivre le fil de ta pensé et de bien comprendre ce que tu veux nous dire. C’est super ! Merci

  • Lucile dit :

    Cet article m’a particulièrement intéressée car quand je me mets au piano j’ai beaucoup de mal à décrocher de mes préoccupations professionnelles !

  • Nicolas dit :

    Merci pour ce podcast / très belle réflexion je trouve même ! Tous tes conseils et tes métaphores me parlent énormément (le cerveau est une machine à comprendre c’est certain… pour mieux le manipuler)

  • Thiébaud dit :

    Super ton podcast!
    Merci pour ton travail, et merci de m’aider à devenir meilleur!

    La méditation m’aide à mieux me concentrer sur tout, y compris sur la musique, et effectivement c’est un sacré coup de pouce. J’utilise l’application waking up qui est excellente aussi.

  • clément dit :

    Merci pour toutes ces informations !

  • >
    Sed elit. dapibus ut massa libero ut sed elementum odio Phasellus