fbpx
homme-concentré-piano-mieux-travailler-la-musique

Apprenez à vous déconcentrer pour mieux travailler la musique

Je sais.
Ce titre est un peu particulier.

Mais il faut au moins cela pour attirer votre attention, non ?
Sinon, aucune chance que vous décrochiez de votre profil Facebook…
Ou que vous cliquiez sur cet article dans Google !

Et ce que j’ai à vous dire est très important.
Cela peut vous permettre de mieux travailler la musique.
D’avoir plus de plaisir, moins de frustration, moins de tension.

Qu’il y ait plus d’amour que de haine dans la relation ambivalente,
que vous entretenez peut-être avec votre instrument.

Alors, rien que pour cela, ce titre vaut le coup. 😉
On est d’accord ?

D’ailleurs, il n’est pas aussi éloigné de la vérité que ce que vous le pensez.
En effet, c’est même l’exacte réalité.

Pour mieux travailler la musique, vous avez besoin de savoir vous déconcentrer rapidement et efficacement.

Etonnant, n’est-ce pas ?

Rassurez-vous, vous allez très vite comprendre pourquoi. 😉
Et comme d’habitude, vous allez découvrir quoi faire pour vous déconcentrer sur commande…
Afin de mieux travailler la musique !

C’est parti pour la découverte d’une facette méconnue de l’attention.

Deux facettes de l’attention à gérer pour mieux travailler la musique

Vous le savez.
Être attentif, c’est garder sa conscience focalisée sur l’objet de son choix.

Et cette capacité à rester attentif repose sur une alchimie délicate.
Pour mieux travailler la musique, vous devez trouver un équilibre entre intensité et sélection.
Entre le « comment » de l’attention et le « quoi » de l’attention.

Voyons cela de plus près.

Intensité de l’attention

Lorsque l’on parle d’attention, nous faisons souvent référence à son intensité.
C’est le « comment » de l’attention.

Si je vous demande :
« A quel point étiez-vous concentré la dernière fois que vos mains se sont posées sur votre instrument ? »

Pour me répondre, vous allez réfléchir en termes d’intensité.

Est-ce que vous étiez concentré comme les particules de lumière d’un rayon laser ?
Ou votre attention ressemblait plus aux rayons de lumière qu’émettent nos bonnes vieilles ampoules ?

Et vous avez raison de réfléchir en terme d’intensité.

Car intensifier votre attention est crucial pour mieux travailler la musique.

Pensez à de l’eau.
A une goutte d’eau sur l’un de vos doigts.
Voyez comme elle est inoffensive.

Et maintenant, songez à la puissance de ces jets d’eau que certaines usines utilisent pour couper des planches de tôle.
Ça décoiffe, hein ?😉

Même de singulières petites gouttes d’eau peuvent avoir un effet dévastateur si on les concentre intensément.

Pour votre attention, c’est pareil.
Plus vous la concentrez, plus elle aura de l’impact.
Et mieux vous ancrerez vos apprentissages
dans votre cerveau et dans votre corps.

Mais pour beaucoup de musiciens, c’est plus facile à dire qu’à faire.
Se concentrer rapidement et puissamment peut sembler aussi compliqué que de calculer 69 X 54 de tête tout en faisant un créneau.

Pourtant cela s’apprend
Et si vous avez des doutes quant à vos capacités, des blocages, là aussi il y a des solutions.
Notamment en respectant les principes du Système d’Apprentissage Neuro-Optimisé™.

En attendant, pour améliorer votre capacité de concentration, vous pouvez travailler sur l’autre facette de l’attention.

Voyons comment faire.

Orientation de l’attention

Maintenant que nous avons évoqué le « comment » de l’attention,
Intéressons-nous au « quoi » de l’attention.

On pourrait même dire le « sur quoi » ou le « à quoi » de l’attention.

« Sur quoi » êtes-vous concentré ? »
« A quoi » avez-vous du mal à rester attentif ? »

En neurosciences, on parle de sélection attentionnelle.
Quel objet votre attention a sélectionné ?

Cette facette de la concentration paraît si évidente qu’elle est souvent oubliée.
Et pourtant, c’est le nerf de la guerre.

Pour atteindre sa cible, une flèche doit partir dans la bonne direction.
Sinon, qu’importe la puissance avec laquelle elle est envoyée.

« C’est évident » me direz-vous !
« Pour bien travailler la musique, je dois me concentrer sur mon jeu, ma technique, mon son…
Enfin sur mon piano, ma guitare, ma flûte ! »

Ok, vous avez raison.

Mais il y a une subtilité.
C’est l’aspect négligé dont je vous ai parlé au début de l’article.

Vous vous souvenez ?

Mieux travailler la musique en désengageant votre attention

Nous y sommes.

Le désengagement de l’attention
Drôle de bête, non ?

Vous allez comprendre.

Le « quoi » de votre attention n’est pas quelque chose de statique !
Loin de là ! Et vous le savez. ;D

Faisons le test.

Essayez de jouer un morceau que vous maîtrisez de tête.
Rester concentré le plus longtemps possible sans penser à autre chose.
Là, maintenant. Sans interruption.
Allez-y, faites-le !

Conclusion ?
Et oui, votre esprit passe du coq à l’âne en un battement de cil. 😉

C’est là qu’intervient cet étrange désengagement de l’attention.
C’est lui qui peut vous sauver.
Tel un super héros bienveillant prêt à tout pour assurer votre bien-être…

Vous sauvez de quoi ?

Mais de l’errance éternelle dans les limbes de vos associations mentales, libres et incontrôlées, bien sûr ! ;D

Quand vous partez dans vos pensées, vous n’êtes plus maître de grand-chose n’est-ce pas ?

Les trois compétences du « quoi » de l’attention