Category Archives for Travailler efficacement

Comment progresser en musique quand on manque de temps?

​"Le truc" qui m’a fait le plus progresser à la guitare

Cela vous arrive de manquer de temps ?
De ne pas avoir assez de temps pour travailler votre guitare, votre piano, votre trompette, votre flûte ou votre batterie ?

Moi, très souvent. Et c’est vraiment frustrant.
C’est d’ailleurs pour cette raison que je n’ai pas publié d’article depuis bien trop longtemps sur Ouimusique

Je sors d’une période où j’ai eu si peu de temps que je ne pratiquais la guitare que 3 à 4 fois par semaine pendant une petite heure. Et pire encore !
Il y a deux semaines, j’ai tellement eu de travail que je n’ai pu toucher mon instrument qu’un soir à 23h30 pendant une petite demi-heure. ;(

Pas de quoi fouetter un chat.
Pas de quoi progresser à la guitare autant que je le souhaite.
Ni de sentir que j’avance en direction de mes rêves…

Certains me diront :
« Autant arrêter la musique tout de suite. Tu reprendras quand t’auras plus de temps ! »

Et vous, c’est ce que vous pensez ?

Moi non ! Je ne suis pas d’accord.
Car une bonne nouvelle se cachait dans ce manque de pratique évident et catastrophique.
Un cadeau en quelque sorte.
Cette période de sur-activité m’a permis de constater deux choses très intéressantes :

1) Les progrès que j’ai fait avant cette période sont stables. Il sont encore là et certains gestes se sont d’ailleurs affinés sans que je ne les repratique.
2) Je continue à progresser à la guitare même en travaillant très peu !

Bien-sûr, si je travaillais 2x2 heures par jour, aux moments où mon cerveau est le plus en forme,
je progresserais ​beaucoup plus et sur beaucoup plus de points. La question n’est pas là.

Mais si je ne régresse pas et que je continue à m’améliorer avec si peu de travail, ce n’est pas du hasard.
C’est du à une découverte que j’ai faite et que j’applique le plus possible quand je m’exerce à la guitare.

Cela vous intrigue ?

Je vais vous expliquer tout de suite "LE truc qui m’a fait le plus progresser à la guitare."
Sachez que cette astuce est une conséquence directe d’un concept basique de neurosciences.
En l’appliquant, vous saurez comment vous y prendre pour progresser avec votre instrument même dans les périodes où vous manquez de temps !

1) Ce n’est pas la quantité qui compte

Déchetterie-quantité-compte-pas-pour-progresser

​Laissez-moi vous poser une question.

Imaginez que je vous offre un cadeau mais que vous devez choisir lequel.
Vous avez deux choix. Je vous propose :

=>  20 tonnes d​'ordures
ou
=> 100g de platine

Quel cadeau choisissez-vous ?

On est d’accord.
Même un homme avec un cerveau de la taille d’une noix choisirait les 100g de platine ! 😉

Dans ce cas là, c’est évident.
Ce n’est pas la quantité qui compte ! Cela saute aux yeux...

Mais étrangement, cette évidence disparaît quand il s’agit d’apprentissage.
C’est d’ailleurs un point commun que j’ai trouvé entre les étudiants en 1ère année de médecine et certains de mes amis musiciens.

Pour eux, plus ils bossent mieux c’est !

Qu’ils travaillent bien ou mal, ils ne se posent même pas la question.
Comme si travailler en étant interrompu toutes les 5 minutes par son téléphone, était équivalent à travailler au cœur du calme profond d’un temple zen, entouré de moines qui méditent du matin au soir.

C’est tout de même un peu moins vrai pour mes amis musiciens… Et je ne dis pas cela parce qu’il vont lire cet article ! 😉

Mais avouer que la tendance du toujours plus est très répandue.
Et peut-être même, qu’au fond, une partie de vous croit dur comme fer que plus vous en ferez mieux ce sera.
En gros, plus votre quantité de travail sera énorme, plus vous progresserez en musique.

Personnellement, j’ai beaucoup lutté à ce sujet.
Car comme vous, j’ai une forte tendance à céder aux sirènes enchanteresses du dieu « Quantité ».

Mais heureusement, la loi de Hebb m’a sauvé.
La loi de Hebb est un concept basique de neurosciences crée par Donald Hebb en 1949. Et ce concept m’a aidé à devenir plus sage dans ma pratique de la guitare.

2) Neurosciences et progrès en musique

​a) La loi de Hebb

photo-irm-cerveau-progresser-à-la-guitare

La loi de Hebb est très simple à comprendre. Elle postule que :
« Si vous stimulez simultanément deux neurones qui sont interconnectés, ceux-ci vont intensifier leur interconnexion. »

Cela veut dire que, si vous activez en même temps des neurones qui sont reliés entre eux, ils vont intensifier leur relation. Comme ça, leur collaboration deviendra plus efficace.
Et vous, vous deviendrez meilleur ! 😉


Dans votre cerveau, il y aura entre ces neurones :
- plus de connections
- de plus grosses connections
- des connections plus efficaces
(plus ergonomiques)

Et quand est-ce que vous stimulez des neurones interconnectés en même temps ?

Chaque fois que vous agissez !
Tout simplement.
Et bien-sûr, chaque fois que vous essayez de progresser à la guitare, aux pianos, etc.
Car la moindre de vos actions, même la plus simple, nécessite l’activation de nombreux neurones.
Et ces neurones sont, pour une très grande partie d’entre-eux, interconnectés.

Vous comprenez ?

Votre cerveau utilise sa plasticité (sa capacité à se remodeler, se reconfigurer, évoluer) pour apprendre.

Et la question clé est la suivante :
Qu’est-ce que votre cerveau apprend et comment votre cerveau apprend ?

Votre cerveau apprend ce que vous faites !

Relisez la phrase précédente.
La comprendre en profondeur a plus de valeur que 100 grammes de platine.;)

Oui !
Votre cerveau n’apprend pas ce que vous souhaitez apprendre de tout votre cœur.
Cette suite d’accords. Cette sonate de Liszt. Ce tube de Jean jacques Goldman ou de Lady Gaga.

Votre cerveau apprend ce que vous faites.
​Ni plus ni moins.

Donc, si vous vous entraînez à jouer un morceau que vous adorez en ayant les épaules tendues,
qu’est-ce que votre cerveau va apprendre et améliorer ?

Votre capacité à jouer ce morceau en ayant les épaules tendues !
Point à la ligne.

Non, il ne va pas faire en sorte que vous détendiez vos épaules pendant que vous interprétez ce morceau. Même si c’est votre vœux le plus cher que de jouer ce morceau le mieux possible (donc en étant détendu).
Car ce n’est pas ce que vous « faites » .

Par conséquent, ce n’est pas ce que vous demandez à votre cerveau d’améliorer.

b) Respecter le mode d’emploi du cerveau pour progresser en musique

Votre cerveau est comme votre ordinateur.

Si vous êtes fatigué, et que vous cliquez sur « ne pas enregistrer les modifications » en quittant le fichier sur lequel vous venez de passer 8 heures, il n’enregistrera pas les modifications !

Même si c’est l’évidence même que vous désirez à tout prix qu’il enregistre ces modifications. Et que vous deviendrez rouge de rage en constatant la perte de votre journée de travail…

Votre ordinateur obéit à son mode d’emploi. Il fait ce que vous lui demandez de faire.
C’est basique comme fonctionnement, n’est-ce pas ?

Pour progresser au piano, progresser à la guitare, vous devez faire les bonnes actions, les bons gestes.
Car votre cerveau améliorera votre capacité à reproduire ce que vous faites. Seulement ce que vous faites. Que vous le fassiez bien ou mal...​​​

3) ​Voici comment progresser ​à la guitare, au piano, ​même quand vous manquez de temps

a) "Le truc" qui m’a le plus fait progresser ​à la guitare
(et qui s'applique à tous les instruments !)

​​Dites moi.
Si maintenant je vous demande : quelle est l’astuce qui m’a le plus fait progresser à la guitare ?

Je vous vois déjà avec un demi-sourire moqueur en train de penser :
« Ben on l’a deviné ton astuce ! C’est faire un maximum de fois les gestes corrects... »
 
Et bien oui et non. C’est plus subtil que cela !
Le truc qui a révolutionné ma pratique et m'a fait le plus progresser à la guitare, c’est d’éliminer un maximum de répétitions de gestes faux.

photo-roman-buchta-progresser-à-la guitare

Et oui !
Car chaque fois que je reproduis un geste faux, un mouvement raté, j’ordonne implicitement à mon cerveau de l’enregistrer. Je lui demande de se reconfigurer de manière à faire ce geste raté plus facilement à l’avenir.

Par conséquent, je ne vais pas progresser à la guitare.
​Car, j’automatise la reproduction d’un mouvement erroné.

Et si pour apprendre un arpège, vous cumulez 50 % de répétitions de gestes faux et 50 % de gestes justes. Que va apprendre votre cerveau ?

Un mélange insipide de tout cela !


Lors de votre prochaine séance de travail, vous aurez le sentiment de galérer à exécuter correctement ce même geste. Alors même que vous avez une idée précise de comment vous souhaitez le réaliser.
Oui, car le pire est encore de ne même pas savoir comment vous voulez pratiquer ce geste. Mais c’est une autre histoire...

Quoi qu’il en soit, vous aurez autant appris le geste réussi que le geste raté.
Vous aurez renforcé votre difficulté.
Cet arpège sera de plus en plus pénible à être correctement exécuté.
Et la sensation que vous ne réussirez jamais à le réaliser correctement ne va pas tarder à pointer le bout de son nez...
Vous savez de quoi je parle ?

Dans ma pratique musicale, la différence entre une pratique « pure », avec peu de répétitions fausses et une pratique «  bof »,  avec pas mal de loupés, est TITANESQUE !

Soit, de séance en séance, j’ai l’impression que je m’améliore énormément, et que c’est super facile de progresser à la guitare.
Soit, j’ai l’impression de pédaler dans la semoule, et que ce passage à la noix me fait vraiment trop ch…

Et oui, parce que parfois ​il m'arrive de mal travailler ma guitare. Les soirs où je m’y mets à 23h30 en étant fatigué par exemple. Ces moments là, la flemme m’amène à reproduire quelques séries de gestes en pilote automatique.

Croyez-moi ou non. La séance d’après, je remarque tout de suite :
- que je ne suis pas en train de progresser à la guitare
- que c’est même plus dur qu’avant de réaliser correctement l’arpège en question. C’est comme si cela devenait plus facile d’exécuter un geste raté...

D’ailleurs je ne suis pas le seul à constater ce phénomène de « mal-apprentissage ».

b) Une étude scientifique étonnante sur le progrès en musique

Description de l’expérience

Des chercheurs de la Duke University dans le Texas ont mené une expérience passionnante.
Leur but était de découvrir s’ils pouvaient remarquer des différences précises entre les séances de travail musical des meilleurs apprenants et celles des moins bons apprenants.

Dans cette expérience, ils ont demandé à ​un groupe de pianistes d’apprendre un 3 mesures d’un passage complexe du concerto pour piano n°1 de Chostakovitch. Ce passage était trop compliqué pour être déchiffré en une fois, tout en étant possible à intégrer en une séance de travail.

Les différents pianistes bénéficiaient de 2 min d’échauffement puis d’autant de temps qu’ils voulaient pour tenter de maîtriser le passage en question.
Après leur séance de pratique ils avaient pour ordre de ne pas s’exercer à nouveau, même mentalement, jusqu’au test qui aurait lieu 24h plus tard.

Les scientifiques ont filmé les pianistes pour étudier leurs différentes manières de s’exercer.

Le lendemain, lors du test, chaque pianiste bénéficiait de 2min d’échauffement et devait ensuite exécuter 15 fois le passage d’affilé. Chaque exécution était séparée par une pause.

Les scientifiques évaluaient d’une part, la justesse ainsi que la précision rythmique. D’autre part, ils évaluaient l’expressivité, le ton et le caractère de l’interprétation.

Les points clés qui ont permis aux meilleurs pianistes de davantage progresser

pianiste-de-dos-concert-progresser-au-piano-progresser-à-la-guitare

​Grâce à cette étude passionnante, les scientifiques ont ainsi pu mettre en lumière des points communs entre les façons de travailler des 3 meilleurs pianistes et des différences avec les autres pianistes.

Et une des différences qui semblait avoir le plus d’impact sur l’efficacité de l’apprentissage n’était pas :
- le temps passé à s’entraîner sur le passage
- le nombre de répétitions effectuées
- le nombre de répétitions exactes de la séquence réalisées pendant la séance de travail.

Ce qui semble avoir eu le plus d’impact sur l’efficacité des apprentissages est..
TRrrTRrrTRrr... (Roulement de tambours )

le nombre de répétitions fausses de la séquence réalisées par chaque pianiste.
- le rapport « séquences justes réalisées » / séquences fausses réalisées » de chaque pianiste.

Dans les faits, les 3 meilleurs pianistes exécutaient beaucoup moins de séquences fausses.

Par ailleurs, chez les 3 meilleurs pianistes, le nombre de passages réalisés correctement pendant l’entraînement était beaucoup plus élevé que le nombre de passages mal exécutés.
Et le rapport« séquences justes réalisées / séquences fausses réalisées » était beaucoup plus élevé chez les 3 meilleurs pianistes que chez les autres pianistes.

Comme le disait Léopold Auer, un des plus grands pédagogues du XXème siècle :
"Joue avec tes mains tu en auras pour toute la journée. Joue avec ta tête tu en auras pour une heure et demi."​​​​

c) Comment éliminer un maximum de répétitions fausses ?

​C’est la question qui vient naturellement à l’esprit quand on vient de lire ce que vous avez lu.

La réponse est très simple :
- Vous pouvez rester attentif à vous arrêter quand votre geste commence mal.
- Vous pouvez éviter de répéter plusieurs fois de suite des gestes sans être vigilant à ce que vous faites.
Car souvent des erreurs et des défauts se cachent dans les répétitions de gestes pendant lesquels vous n’êtes pas concentré…
- Vous pouvez réfléchir à ce qui cloche dans votre façon de réaliser le geste et chercher des pistes pour solutionner ce problème (au lieu de reproduire en boucle l’erreur en espérant que par miracle le geste se corrige de lui-même sans que vous n’ayez à réfléchir et à tester des solutions...)

A vous de trouver d’autres pistes pour augmenter votre rapport « gestes justes réalisés » / gestes  faux réalisés »

Conclusion :

​Les excellents musiciens ne doivent pas leur brio à leur talent seul où au hasard.
Quelque soit leurs prédispositions à jouer de la musique, leur point commun est de travailler MIEUX que les autres musiciens.

Pour ma part, lorsque j’ai commencé à soigner mes séances de travail et à éliminer les répétitions de mouvement ratées, j’ai été frappé. Oui. Cela m’a fait l’effet d’un coup de pelle derrière la tête.

J’ai découvert que je pouvais progresser à la guitare beaucoup plus vite que ce que je ne le croyais jusqu’alors. C’était complètement dingue !
Je n’étais plus condamné a rejouer les mêmes passages encore et encore, pendant des années, en rencontrant toujours les mêmes satanées difficultés.
Non, en éliminant un maximum d’exécutions fausses, apprendre la guitare devenait un réel plaisir… 😉

Bien sûr, une pratique musicale de qualité vous demande d’être vraiment attentif lorsque vous vous exercez. C’est la base !
Alors, pour améliorer la qualité de votre concentration et éviter de penser à aller arroser vos tomates lorsque vous bossez votre instrument, je vous conseille de lire ceci.

​Par ailleurs, si vous vous demandez combien de temps dans l’idéal faut-il travailler son instrument chaque jour,  cet article devrait vous intéresser !

Quoi qu’il en soit, j’espère réellement que cet article va concrètement vous aider à progresser à la guitare, au piano et dans le travail de n’importe quel instrument que vous souhaitez apprendre.

D’ailleurs, par quelle stratégie « anti-exécutions ratées » allez-vous commencer à améliorer votre qualité d’apprentissage ?

Avec confiance et motivation 😉

Roman Buchta

​Par ailleurs, l’article que vous venez de lire participe à un événement entre plusieurs musiciens blogueurs qui ont chacun écrit un article pour répondre à leur manière à la question suivante :
« Quel est le truc qui m’a le plus fait progresser en musique ?»

Vous pouvez télécharger gratuitement ce livre numérique en indiquant ci-dessous à quel adresse je dois vous l’envoyer.

Interview de Céline Dulac du blog “La musique et vous”

​Bonjour à tous !

J'ai eu le plaisir d'interviewer Céline Dulac du blog La musique et vous​.
CélineDulac est flûtiste professionnelle, professeur de flûte et directrice d'école de musique.

Dans cet interview, j'ai cherché à savoir en quoi le métier de professeur de flûte a influencé la manière dont Céline travaille son instrument.

J'ai également questionné Céline sur sa vision de l'apprentissage de la musique​, les qualités qu'un bon musicien doit posséder et sur son métier de professeur de flûte.

Par ailleurs, je tiens à vous préciser que c'est une de mes premières interviews !
​Et bien-sûr, j'ai rencontré de nombreux soucis techniques. 😉

Je vous demande donc de bien vouloir être indulgent quand à la qualité de mon questionnement mais également au niveau de la qualité des prises de son​.

Rassurez-vous, tout est audible ! 😉

​Vidéo de l'interview de Céline Dulac, professeur de flûte

​Dans cet interview, vous allez découvrir :

  • ​​Qu'est-ce que le fait d'être flûtiste professionnelle, professeur de flûte et directrice d’école de musique a changé dans sa façon de travailler son instrument (3min25)
  • L'impact fabuleux​ de l’observation dans l’apprentissage de la musique (6min40)

  • ​Les 3 qualités principales qu’un musicien doit posséder pour travailler efficacement son instrument (9min42)
  • ​Quelles sont les 2 erreurs à ne surtout pas faire lorsque l’on est parent et que l’on souhaite accompagner son enfant dans l’apprentissage de la musique (18min25)
  • ​Des astuces fabuleuses pour apprendre efficacement une compétence qu'un autre musicien maîtrise (25min)
  • ​Un exemple inspirant de créativité pour enrichir l'apprentissage de la musique (27min25)

Podcast de l'interview de Céline Dulac, professeur de flûte

​Pour ceux d'entre vous qui veulent écouter l'interview de Céline en voiture, il suffit de la télécharger en faisant un "clic droit" et en sélectionnant ensuite l'onglet "enregistrer sous".

​Le​ timing des questions est le même que celui indiqué ci-dessus.​

​Le blog de Céline Dulac

Voici le lien vers le blog de Céline : Lamusiqueetvous.com​ et vers la formation de Céline​.
​Et en passant, vous pouvez bénéficier d'une remise de 10% sur le coût de la formation grâce au code ouimusique10.

Vous pourrez y trouver des informations intéressantes sur :

Bien sûr, si vous cherchez un bon professeur de flûte, prenez contact avec Céline !
Elle saura vous aiguiller vers quelqu'un de qualifié. 😉

Si vous souhaitez posez des questions ou simplement réagir à l'interview, écrivez-moi dans l'espace commentaire ci-dessous !

​Musicalement 😉

Roman Buchta


​Crédit photo : Lucie Espinasse

Est-ce que s’acharner permet de progresser plus vite ?

​Cela vous arrive-t-il de vous acharner ?

Quand ​un passage de l’œuvre que vous travaillez en ce moment accroche, est-ce que vous essaye​z encore et encore de le faire passer ?
Ou vous passez à autre chose quand vous sentez que cela commence à vous saouler ?

Pour ma part, je suis du genre à ne pas facilement “​passer à autre chose”.
D’ailleurs, je ne pourrais pas vous dire combien de fois je me suis entêter à retenter encore et encore de réussir un geste…

Mais est-ce vraiment une bonne idée de s’acharner quand un enchaînement de notes ne veux pas passer ?
​Rien lâcher permet-il réellement de progresser plus vite ?

Voyons comment les neurosciences peuvent nous éclairer à ce sujet​… Continuer la lecture

Comment renforcer votre confiance en la réussite de votre projet ?

Cela vous est-il déjà arrivé d’avoir envie de réaliser quelque chose mais…
​De sentir que vous n’y croyez pas au fond de vous ?

Moi oui.

​J’ai souvent ressenti du doute en pensant à mes projets de concert.  ​C’était comme si mon cœur se serrait de stress et ​que dans mon ventre il y avait un vide fébrile.

​Il y a 6 mois, ​j’ai regardé une formation d’un de mes mentors Québequois, Alexandre Nadeau.
A la fin de ​sa formation, j’​ai découvert un processus pour solidifier “la foi” que l’on a en notre capacité à réaliser nos rêves. ​

​Vous savez, cette confiance solide qu’on peu ressentir dans nos tripes quand on se sent ultra-c​apable. Vous voyez de quoi je parle ? 

J’ai ​testé cet outil pour​ faire grandir ma confiance et il m’a donné de superbes résultats. Alors je me suis décidé à vous le partager, en espérant que cela​ vous aide à renforcer votre confiance ! 🙂

Continuer la lecture

Soyez plus concentré(e) sur la guitare, le piano, grâce aux neurosciences !

​"J'espère qu'elle va pas rentrer trop tard....

Je voudrais manger tôt pour pouvoir finir cet article ce soir. Au moins finir la rédaction. La correction on verra demain...

Pfff... Ca fait longtemps que je travaille ce​s notes en boucles..  MINCE !!! ​

Je suis parti ​à mille lieux de ma guitare !  "

Une impression de déjà vu ?
Si je n’étais pas musicien, je mettrais ma main à couper que cela vous est déjà arrivé une fois !

​Franchement ! Pourquoi est-ce aussi dur de rester attentif quand on travaille ​son piano, sa guitare… ?

Voyons comment les neurosciences de l’attention peuvent nous aider à rester concentré plus facilement dans la pièce à musique. Continuer la lecture

Combien de temps par jour faut-il travailler son instrument ?

​8 heures ? 2 heures ? 4 heures ?
Dans l’idéal, combien de temps par jour doit-on travailler son instrument ?

​Je pose souvent une question similaire aux étudiants qui préparent le concours de médecine quand je les forme à l’apprentissage optimisé. Bien-sûr, je ne parle pas de musique. Je leur demande :
“Dans l’idéal, combien temps par jour devriez-vous travailler vos cours ?”.

​Certains répondent “Plus on bosse mieux c’est !”. Cela sonne bien mais est-ce vrai ?

​Pour nous qui nous exerçons chaque jour sur notre instrument, il est tentant de prendre pour vrai une telle affirmation. Néanmoins la question mérite d’être étudiée car elle répond à l’interrogation suivante :

Quelle est la durée optimale de travail quotidien pour devenir un excellent musicien ? Continuer la lecture

Pourquoi nos progrès semblent disparaître du jour au lendemain ?

​Cette question vous interpelle ? Je vous comprends.

Parfois on bute sur un passage compliqué. Quand ça arrive, on le décompose et on le travaille au ralenti. Et puis, au bout de quelques minutes, on parvient à traverser l’extrait difficile d’une façon satisfaisante. Jusque là tout est ok…

Le lendemain on retourne dans la pièce à musique. On rejoue le même morceau. On arrive au passage qui nous donnait du fil à retordre… Et là, on se replante royalement ! On se rate à l’endroit précis qu’on avait pourtant bossé et amélioré. Oh ! c’est quoi le problème ? Pourquoi les progrès disparaissent ?

Continuer la lecture

Analyser sa méthode de travail pour devenir un meilleur musicien

Aujourd'hui, je vais vous présenter une analyse des résultats que donnent la méthode de travail que je mets en place. 

​Cet article est très personnel.

J'y présente une analyse détaillée des points faibles et points forts de ma méthode de travail​ et des ajustements ​possibles pour progresser davantage.​

Si vous cherchez de l'inspiration pour analyser votre propre méthode de travail, vous êtes au bon endroit ! Cet article peut vous aider en vous servant d'exemple​. 😉