fbpx
photo-cerveau-mémoire-apprendre-un-morceau-par-coeur

Comment apprendre un morceau par cœur ? [Neurosciences]

Je fais face à un nouveau défi.

En effet, depuis peu ma mémoire est très sollicitée.

Les cours de guitare d’accompagnement auxquels je participe l’Ecole Nationale de Musique de Villeurbanne sont très, très, très riches.

En effet, mon très sympathique professeur souhaite nous faire découvrir un maximum de concepts théoriques, de structures d’accord différentes et autres subtilités tout à fait passionnantes.

Ainsi, en plus de devoir maîtriser mes compositions, j’ai une foule de morceaux à apprendre par cœur et des tonnes de concepts à intégrer.
C’est à la fois génial et pas évident à gérer ! Et bien sûr, cela m’a fait penser à vous chers musiciens passionnés !

Cela vous est-il déjà arrivé d’avoir trop de partitions sur le pupitre ?
De ne pas savoir par quoi commencer  ?

De là à avoir le sentiment d’être submergé, il n’y a qu’un pas…
Surtout quand, à côté de votre passion, vous avez un travail, une famille à gérer,
une vie sociale, etc.

Et si vous consacrez du temps à votre pratique, c’est pour qu’il en reste quelque chose.
C’est trop agaçant de travailler de longues heures sans jamais mémoriser un morceau !

Et c’est encore plus frustrant d’apprendre un morceau par cœur, et de vous rendre compte quelques mois plus tard que vous n’êtes plus capables de le jouer de tête…

C’est là que vous vous dites :
« Comment être plus efficient ? »
« Dois-je apprendre chaque morceau par cœur ? »
&
« Comment apprendre un morceau par cœur le plus efficacement possible ? »

Dans cet article, vous allez découvrir :

=> Si, oui ou non, apprendre un morceau par cœur est une obligation absolue.
=> Si apprendre un morceau par cœur n’est pas une nécessité, quelles sont les alternatives ?
=> Et, encore plus intéressant, comment apprendre un morceau par cœur efficacement et le retenir à vie en un minimum de répétitions .

 

1) Apprendre un morceau par cœur. ​Est-ce vraiment nécessaire ?

IMPORTANT :
La vidéo ci-dessous reprend certains éléments de l’article, cependant elle n’en couvre pas tous les éléments !

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

Oui et non !

Vous allez me dire que j’aime les réponses paradoxales.
​Mais sur ce sujet, je ne peux pas être plus catégorique !

En effet, la tendance à l’apprentissage par cœur commence à changer dans le milieu de la musique classique.

Dans cet article du New York Times, vous découvrirez que de grands pianistes tels que Peter Serkin et Olli Mustonen choisissent parfois de donner des représentations sans éliminer les partitions de leur pupitre.

Ces personnes ne constituent pas la majorité des musiciens. Cependant, il reflète une tendance à envisager différemment la performance musicale.

Bien sûr, l’apprentissage par cœur est bien ancré dans la culture du milieu musical.
Et un changement de culture, cela prend du temps !

D’ailleurs, à l’heure actuelle les concours de jeunes talents exigent systématiquement que les jeunes musiciens connaissent les oeuvres qu’ils interprètent par cœur.
Et oui ! Les juniors ont moins de liberté que les seniors !

Quoi qu’il en soit, ​apprendre un morceau par cœur possède des avantages et quelques inconvénients. Les voici…

a) Apprendre par cœur libère de la place dans votre mémoire de travail

La mémoire de travail de votre cerveau peut être comparée à la mémoire vive de votre ordinateur.

Elle possède deux principales fonctions.
D’une part, elle retient pendant un court moment un certain nombre de données.

Ses capacités sont de 7+/-2 « éléments », pendant 20 à 30 secondes en moyenne.

Ces éléments peuvent être :
=>des informations à retenir; comme un numéro de téléphone que vous vous répétez mentalement pour ne pas l’oublier le temps de trouver de quoi le noter.

=> des intentions que vous avez, des consignes que vous vous donnez.
 « Dans 2 mesures je dois faire vraiment attention à détendre mon auriculaire droit  pour réussir correctement l’arpège… »

D’autre part, la mémoire de travail vous permet aussi d’effectuer des procédures dans votre esprit.

Par exemple, si vous improvisez et que vous n’avez pas une intégration complète des règles de l’harmonie, vous pouvez jouer tout en comptant dans votre tête le nombre d’altérations pour en déduire la tonalité, ou le mode, et les libertés que celui-ci vous permet de prendre.

C’est pourquoi…