fbpx
photo-bêtabloquants-medicaments-anxiété

4 raisons pour lesquelles les bêtabloquants ne sont pas LA solution

​Ah les bêtabloquants !

​Ces médicaments sont-ils un cadeau des dieux ou de simples béquilles ?

En 1986, une étude sur des musiciens d'orchestre a révélé que 20% d'entre eux admettaient consommer des bêtabloquants de manière occasionnelle.

Il y a de cela 30 ans !

​Aujourd'hui, vous entendez parler des dégâts du stress ​à tous les coins de rue !
​La consommation moyenne d'antidépresseurs et d’anxiolytiques est​ plus élevée que jamais.

Au vu de la direction dans laquelle évolue​ la société, je doute que​ la consommation de bêtabloquants ​soit plus faible qu'il y a 30 ans !

Mais qu'est-ce que les bêtabloquants au juste ?
Et pourquoi tant de musiciens en consomment pour mieux jouer pendant leurs concours, leurs auditions ou leurs​ concerts ?

​D'ailleurs, les bêtabloquants sont-ils réellement une solution ?
​Ou au contraire, peuvent-ils​ représenter un piège, un handicap ? Et dans ce cas, quelle est la solution ?

​Les bêtabloquants c'est quoi au juste ?

​Les ​bêtabloquants sont des antagonistes des récepteurs bêta adrénergiques.

Ok. Dis comme cela, ça fait peur.

​Pour faire simple et aussi parce que je ne suis pas biologiste 😉 je l'expliquerai comme ceci :

Les ​bêtabloquants sont des molécules qui bloquent les réactions naturelles de votre corps en cas de stress.

​Cela vous ait-il déjà arrivé de vous promener tranquillement et d'être surpris par les aboiements d'un chien agressif ? Ou pire, d'être poursuivi par ce même chien ?

​Qu'avez vécu ? De la peur ?
Comment votre corps a réagi ?

​Votre rythme cardiaque s'est accéléré ?
Votre respiration s'est déréglée ?
Vos jambes se sont mises à trembler ?

​Toutes ces réactions sont tout à fait normales.

En cas de danger, le cerveau enclenche le programme "combat ou fuite".
Et il libère des substances chimiques (hormones, neurotransmetteurs) dans tout votre corps pour vous rendre physiquement plus apte au combat ou ​la fuite !

​On pourrait dire que c'est une sorte d'échauffement. 😉

Le stress active votre système sympathique et votre corps tout entier réagit.
Une grande quantité d'énergie est libérée dans tout votre ​être

​Et c'est cet "échauffement" que les bêtabloquants bloquent.
​En fait, les bêtabloquants empêchent votre cerveau de donner la réplique à votre corps en cas de stress !

Ils annulent ainsi ​les manifestations physiques du stress dans votre corps.
Tremblements, respiration courte, mains moites, etc.

Pourquoi les musiciens consomment-ils des bêtabloquants ?

À présent j'ai  une question à vous poser.

​Dans quelle autre situation votre corps a-t-il la même réaction que face à ce chien ? ​

Eh oui !

​Quand vous vous apprêtez à ​jouer de la musique devant un public.
​Et ce même si ce ​public est tout petit.

​C'est pour cette raison que les bêtabloquants sont utilisés par les musiciens trop sujets au stress.

​Parfois le trac et l'anxiété ​déclenchent des réactions corporelles si puissantes qu'elles semblent incontrôlables​.
Et les bêtabloquants permettent de bloquer ces manifestations physiques sans affecter ce qui se passe dans votre tête.

Vos mains ne tremblent pas, mais vous n'êtes pas "drogué" pour autant.
En tout cas, pas au sens commun du terme !

​Tout cela aide à comprendre pourquoi certains musiciens ne jurent que par ​ces médicaments.

D'ailleurs, selon le magazine Musiciansway, beaucoup de musiciens consomment des bêtabloquants pour réussir une audition ou un concours d'entrée dans un orchestre.

​Voici 3 facteurs qui encouragent la prise de ​bêtabloquants chez les musiciens

orchestre-musiciens-bêtabloquants

1) L'effet placebo 

​​Vous le savez.

Les études nous montrent qu'environ 1/3 des personnes qui reçoivent un traitement se sentent mieux, que ce traitement soit efficace ou non.

Donc, 1 pianiste ou un guitariste sur 3 qui prend des bêtabloquants se sent mieux grâce à l'effet Placebo.

​2) Les bêtabloquants réduisent certains types de distractions

​Si un musicien est perturbé et très déconcentré par les manifestations physiques du trac (tremblements, rythme cardiaque élevé, etc.) la prise de bêtabloquants tel que le Propanolol lui permettra d'éliminer ces sources de distraction.

​Ainsi son attention pourra ​être entièrement dévouée à sa prestation.

3) Les musiciens ne savent plus quoi faire 

Pour les pianistes, guitaristes et autres qui ont l'impression d'avoir tout tenté pour éliminer le trac, l'anxiété et ses manifestations physiques, les bêtabloquants sont la solution de la dernière chance.

​Certains musiciens ont testé l'hypnose et n'ont pas obtenu de résultat.
Alors ils en déduisent que cela ne fonctionne pas pour eux et qu'il n'y a pas de solutions autres que les médicaments.

​RIEN N'EST PLUS FAUX !

Mais comme les bêtabloquants permettent à ces musiciens de "mieux" jouer sans les symptômes physiques du stress​, ils n'ont pas continué leurs recherches.

Ils n'ont pas poussé la porte du cabinet d'un autre hypnothérapeute;  ​ni testé d'autres types de thérapie brève... (Et ils en existent beaucoup !)

​D'autres part, ces musiciens n'ont pas ​effectué d'entraînement sérieux pour développer les différentes compétences qui leur manquent cruellement.

Je parle des compétences ​indispensables pour réussir à performer en public...

Les  4 raisons pour lesquelles les bêtabloquants peuvent vous empêcher de donner le meilleur de vous-même

1) Les bêtabloquants ne stoppent pas toutes les manifestations du trac et de l'anxiété

​Vous vous souvenez de l'article "Comment vaincre l’anxiété, le trac, et mieux jouer en public ?" ?

​Dans cet article, j'expliquais que le trac est composé de 3 éléments différents :

  1. Le trac physique
  2. Le trac mental
  3. Le trac émotionnel

Les bêtabloquants comme le Pronanolol ciblent et neutralisent les aspects physiques du trac.

​En revanche, les autres aspects du trac comme l'autocritique, le doute accru, la difficulté à vous concentrer, la suranalyse, les montées de panique et les trous de mémoire, eux, ne sont pas éliminés par les bêtabloquants !

Vous voyez le hic ?

D'autant plus, que les composantes mentales et émotionnelles du trac semblent avoir un impact plus grand sur la qualité de la performance du musicien.

Cela se comprend !

​Imaginez deux ​pianistes qui ​commencent une audition :

➽ Le premier commence à jouer avec les mains qui tremblent.

Cependant, au fond de lui​, il se sent ​capable de parfaitement jouer la pièce qu'il interprète.

​Alors il contrôle tant bien que mal que ces" foutues mains" et attend qu'elles arrêtent de trembler
​pour pouvoir montrer de quoi il est capable.
Entre temps, il fait de son mieux malgré ce handicap !

➽ Le second pianiste a pris une dose de bêtabloquants et commence à jouer sans symptôme physique.

Cependant, il est très ​soucieux intérieurement et il craint de se tromper.

Dans sa tête, il se dit sans cesse "Et si je me trompe ? Faut surtout pas que je rate le passage compliqué du 2e mouvement ! Mince, la première note à mal sonner, oh non, etc." 

​Selon vous, lequel de ces deux pianistes a le plus de chance de faire une belle performance ?

​II) Être calme n'est pas forcément ce dont vous avez besoin​

​Dites-moi.

​Les quelquefois fois où vous avez fait vos plus mémorables représentations.
Ou simplement les fois où vous avez le mieux joué pour vous même.
 
Dans quel état intérieur étiez-vous ?
​Vous sentiez-vous calme ? Ou ​plutôt agité, en tension ?

Les bêtabloquants calment le corps.
​Mais est-ce cela ​dont vous avez​ besoin pour réussir à donner votre m​aximum ?

​Pas forcément !

Certains musiciens ont besoin d'être agités, en tension pour réussir une magnifique performance.
D'autres ont carrément besoin d'être au bord de la panique pour atteindre "la zone" ou leur musique devient divine.

​Là, cela dépend de tout à chacun. Et ​aussi ​de la musique que vous jouez !

Vous vous imaginez ​interpréter une œuvre sombre, noire, impétueuse, en étant émotionnellement d'un calme plat ?

C'est comme dire "Je t'aime à la folie" avec un visage inexpressif et une voix monocorde.

Il y a comme un parfum de hors sujet, n'est-ce pas ?

III) Une superbe performance nécessite un surplus d'énergie

​Les bêtabloquants annulent la réaction de votre système sympathique.
Cela veut dire, qu​e ces médicaments vous coupent également de la dose d'énergie supplémentaire que le stress vous offre.

Pourtant ce surplus d'énergie que les bêtabloquants éliminent peut vous être très utile !

Cela peut-être le "truc" qui vous pousse à vos limites​.
Là où votre musique devient plus intense, plus touchante, plus inspirante...

Quand vous jouez dans votre chambre, vous n'avez pas accès à cette puissante dose d'adrénaline.
​Ce n'est que quand la situation à un enjeu que ​surplus d'énergie vous est offert.

Et c'est d'ailleurs tout l'intérêt du "live".
En général, le niveau technique d'un live est moins élevé, ​le jeu est un peu moins propre qu'en version studio.

Mais quelque chose d'autre est présent et ce quelque chose change tout !
​Un mélange de partage, de challenge, de vertige.
En un mot de vie.

Et quand l'artiste joue le jeu, quand il se met en danger et repousse ses limites.
Là, cela devient un moment exceptionnel et mémorable.
Là, cela devient GENIAL.

​Les bêtes de scènes qui font crier des milliers de gens jusqu'à plus de voix surprennent le public.
Ils​ créent de la vie, de l'enjeu, de la folie.

Alors que quand un musicien joue la sécurité. L'​atmosphère n'est pas la même !
Vous imaginez aller à un concert de musiciens qui ne ressentent aucune émotion ?

C​ela ​serait aussi palpitant qu'une redif de chasse et pêche quand vous n'arrivez pas à dormir...
Personne n'aime ​les spectacles prévisibles, calculés et sécurisés.

Si vous embrassez votre stress et que vous jouez le jeu.

Oui, vous ferez des erreurs !


Mais votre musique sera beaucoup plus "pleine de vie".
Votre public ressentira​ vos émotions et la magie pourra opéré​e ... 😉

​IV) Les bêtabloquants sont une drogue !

​Oui !

Les bêtabloquants sont une drogue.
​Une dépendance difficile à briser peut emprisonner le musicien qui en consomme trop fréquemment.

​Ces molécules doivent être consommé sous surveillance médicale.
​Car des contre-indications existent. Si votre cœur bât trop lentement par exemple.

À l'origine, les bêtabloquants sont utilisés pour lutter contre l'hypertension artérielle, les glaucomes, pour prévenir une seconde attaque cardiaque, etc...​

​Cependant, selon la doctoresse spécialiste en médecine des arts Dr. Alice Brandfonbrener​,  le Propanolol, qui est le bêtabloquant le plus utilisé par les musiciens, n'est pas dangereux s'il est consommé très occasionnellement et en petite dose.

​Cependant, les études sur l'impact des bêtabloquants en lien avec la performance musicale sont anecdotiques.
Et leur efficacité dans ce cadre n'est pas ​prouvée.

Enfin, certains musiciens parlent d'effets secondaires comme une perte de contrôle de leur vibrato, une incapacité à donner le meilleur d'eux-mêmes, etc.

​Comme l'explique la magazine Musicianways, la prise de bêtabloquants doit être rigoureusement encadrée.

​​Le Propanolol peut aider ponctuellement un musicien à un moment clé de sa carrière, lors d'une audition pour rentrer dans un orchestre par exemple.

​Mais la prise de bêtabloquants​ doit ​absolument être accompagnée d'un travail du musicien sur lui-même.

Il doit développer ses compétences en lien avec la gestion de son stress et de son anxiété face à la performance.
Sans quoi, il pourrait manqué de développer le savoir-être ​nécessaire en lien avec ces facettes de la vie de musicien.

Et avoir besoin de béquilles chimiques pendant toute sa vie d'artiste...

​Si les bêtabloquants ne sont pas LA solution, qu​e faire pour mieux jouer en public ?

Même les plus grands ressentent du trac

Evgeny-Kissin-lautobiographie

Le célébrissime pianiste Evgeny Kissin ressent lui aussi parfois un trac énorme.

Kissin, aussi modeste que brillant, explique qu'il souffre physiquement avant un concert qui représente un vrai enjeu pour lui !

Dans un reportage qui lui est dédié, il témoigne que cette souffrance dure jusqu'à un moment clé, comme un passage très complexe techniquement.
Puis la douleur du stress disparaît et il se sent mieux.

Imaginez-vous une seconde, qu'un pianiste de la trempe de Kissin refuse d'aller sur scène à cause du trac ?
Ou qu'il monte sur scène, mais rate complètement une partie de son concert devant 5000 personnes ?

Non !
Il épouse le trac et réussit à jouer merveilleusement bien malgré sa présence.

Vous vous dites peut-être "Oui mais je ne suis pas Kissin moi !".

Oui. Et alors ?
Vous ressentez bien du trac comme lui.

Et tout comme lui, vous pouvez apprendre à donner votre maximum les moments importants où cela compte vraiment.

​Donner le meilleur de soi quand ça compte, cela s'apprend !

Réussir à "performer", à donner son maximum en condition stressante, est un art qui s'apprend.

​Mais comme tout apprentissage, cela prend du temps et cela demande de la régularité.
Exactement comme apprendre à jouer d'un instrument de musique. 😉

​Tout ne changera pas en une nuit.
Il n'y a pas de pilule magique ! Sans jeux de mots avec les bêtabloquants. 😉

​Vous devrez développer de nouvelles compétences, un subtil mélange d'habiletés qui vous est propre.
Car chaque musicien est différent.

​Bien sûr, cela demande plus de travail que de prendre des bêtabloquants !
Mais le résultat sera plus durable lui.

​En développant votre habileté à rentrer dans votre "zone", là où vous excellez, votre rapport à la performance public va changer.

Vous imaginez, attendre la montée d'adrénaline avec impatience.
Prêt à la chevaucher ?

Cela vous semble fou ?
Pourtant c'est tout à fait possible.

Car il s'agit d'apprentissage, de gestion des émotions, de focus mental, de votre capacité à vous remettre rapidement de vos erreurs ​pour vous plongez tout de même corps et âme dans la suite du morceau, etc.

​J'aime répéter que "Chaque jour nous construisons le cerveau que nous aurons demain".
Car les neurosciences l'ont démontré, c'est une réalité anatomique, physiologique, biochimique​.

C'est pour cette raison que les handicaps que vous vivez aujourd'hui​, le stress, la perte de​ vos moyens, la panique, la déconcentration, les autocritiques, etc... pourront ne plus exister demain !

​Et ce n'est pas les bêtabloquants qui vous permettront d'acquérir ces compétences vitales pour un musicien.

​D'ailleurs, avez-vous déjà vécu des améliorations dans votre façon d'aborder la performance musicale ?
​Avez-vous déjà ​ressenti des changements dans votre manière de gérer l'avant-scène ?

​Partagez vos retours d'expériences dans les commentaires.
​Cela pourra aider d'autres musiciens à croire qu​'une amélioration est possible.

Merci de m'avoir lu.
Avec confiance et motivation 😉

Roman Buchta

Partager l'article
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 75
    Partages
Roman Buchta

Formateur et coach de métier, j'enseigne les neurosciences de l'apprentissage, la gestion du stress et la préparation mentale dans diverses écoles supérieures. J'ai crée le blog Ouimusique pour mettre en lien mon métier et ma passion de la musique afin de vous aider à donner le meilleur de vous-même ! ;)

  • Thomas dit :

    Merci à toi cet Article très instructif et bien documenté. Je te félicite pour ce travail ! N’y a-t-il pas toujours eu un lien entre drogue et art dans l’histoire ? Je dis ça avec mes yeux de néophyte !

    • Roman Buchta dit :

      Merci pour ton retour !
      Effectivement, l’art et l’usage de diverses substances est souvent allé de paire.
      Cependant, ces substances étaient utilisées pour atteindre des états d’extase.
      Pas simplement pour anesthésier une réaction naturelle du corps !

  • je suis pianiste concertiste, la semaine prochaine j’ai entre autre un gros concert aux USA dans un concerto particulierement casse- gueule (Lalo piano Concerto).Je me suis pose la question de prendre ou non un betabloquant pour le premiere fois de ma vie, car l’enjeu est assez important, (tele, enregistrement). Puis j’ai lu votre article et finalement je vais continuer comme d’hab. a gerer mon stress et advienne que pourra 😉 mais au moins je vais etre maitre de tout ce que je veux donner. Merci pour l’article 😉

    • Roman Buchta dit :

      Bonjour Didier,
      Bravo pour votre décision et merci pour votre témoignage qui, j’en suis sûr, inspirera d’autres musiciens.
      Au cas où, je vous invite à lire l’article sur l’anxiété présent sur le blog.
      Il présente une astuce pour s’entraîner à jouer en mode “performance”.
      Car, comme vous le savez, il s’agit de compétences précises qui nécessitent de entraînement.
      Peut-être que cette astuce pourra enrichir votre palette d’outils. 😉
      Quoi qu’il en soit, je vous souhaite une excellente prestation et beaucoup de plaisir !
      A bientôt !
      PS: Sera-t-il possible de voir votre concert sur youtube ?

  • >