fbpx
cerveau-mieux-jouer-en-public

Comment mieux utiliser votre cerveau et mieux jouer en public?

Oui !
Ce titre est lourd de promesses.
Non !
Il ne survend pas ce que vous allez découvrir dans cet article.

Comme beaucoup de musiciens, vous seriez heureux de mieux jouer en public ?
Ce serait comme une libération de pouvoir songer à une audition ou un concert le cœur léger, le sourire aux lèvres…

Pourtant, pour beaucoup d’entre vous, je suis sûr que c’est l’inverse.
Il vous suffit d’imaginer que le public vous regarde et de suite un poids énorme s’abat sur votre poitrine, comme pour l’écraser.

L’image est dure, nous sommes d’accord.
Mais, est-elle vraiment exagérée comparée aux calvaires que tant de pianistes, guitaristes, trompettistes et autres artistes, subissent quand vient leur tour de monter sur scène ?

La réponse vous appartient.

Aujourd’hui, je veux vous parler de quelque chose d’INCROYABLE.
Il y a de très fortes chances pour que vous utilisiez votre cerveau à l’envers.
Cette formulation paraît folle mais vous allez vite comprendre qu’elle tient debout.

Dans cet article, vous allez découvrir 3 choses :
– Comment fonctionnent vos deux hémisphères cérébraux
– Pourquoi vous les utilisez « à l’envers »
Deux processus pour rectifier le tir, travailler plus efficacement votre instrument et mieux jouer en public

Vous me suivez ?

Un cerveau, deux hemisphères

Une synergie très complémentaire

Les explications que je vais vous partager sont simplifiées et vulgarisées.
Rassurez-vous, cela ne vous gênera en rien pour comprendre le rôle de chacun de vos hémisphères et comment vous en servir pour mieux jouer en public.

Comme vous le savez, votre cerveau est composé de deux hémisphères, le droit et le gauche.
D’autres structures comme le corps calleux, le cervelet, le bulbe rachidien et autres font partie de ce fantastique microcosme qui vous permet de vivre, ressentir, penser et jouer de la musique.

Peut-être avez-vous entendu parler de la théorie des hémisphères, de personnes qui seraient plus « cerveau droit » ou « cerveau gauche » (entendez par là, plus « hémisphère droit » ou plus « hémisphère gauche »).

Bien que ces concepts soient souvent déformés et parfois même carrément exagérés, un fait reste néanmoins vrai et scientifiquement démontré, nos deux hémisphères fonctionnent différemment.

Comme l’expliquait l’un de mes professeurs en sciences cognitives à Lyon 2, nous sommes équipés de supers processeurs très différents. Quelque part, on peut voir ces deux hémisphères comme un couple, composé d’individus aux caractéristiques différentes et aux talents complémentaires.
Ce couple fonctionne en synergie, notamment grâce au corps calleux qui les relie et leur permet de communiquer en « très haut débit ».

Caractéristiques ​des hémisphères droit et gauche

Voici quelques caractéristiques propres à chacun de nos hémisphères :

CaptLLL

Ces deux listes non-exhaustives permettent ​de se faire une rapide représentation de la « personnalité » de nos deux hémisphères.

​Pour plaisanter, j’ai tendance à ​comparer l’hémisphère gauche ​à un comptable rigoureux, tatillon, planificateur et procédurier, et l’hémisphère droit ​à un artiste/chaman exalté, intuitif, connecté « au grand tout », doué d’une​ créativité fulgurante et anarchique !

Mieux jouer en public en utilisant mieux son cerveau

Dites-moi !

Selon vous, quel hémisphère est le plus approprié pour effectuer un travail musical minutieux, rigoureux et très efficace ? L’hémisphère gauche, vous êtes d’accord ?

Et quel hémisphère semble le plus à même de favoriser une performance artistique libre, inspirée et puissante ? L’hémisphère droit bien-sûr !

Pourtant, ce n’est pas ce que la plupart des musiciens ont tendance à faire, n’est-ce pas ?
Dans la pièce à musique, beaucoup de musiciens ont tendance à se lâcher, à jouer librement, à faire des tests, prendre des risques et du plaisir. Vous voyez ce que je veux dire ?
C’est peut-être votre cas.

A l’inverse, en audition, sur scène ou devant quelques amis, vous devenez peut-être très exigeant, focalisé sur la perfection. Victime de la tyrannie de l’hémisphère gauche, peut-être même que vous ne vous autorisez ni pardonnez aucune erreur ! Lorsque vous savez que l’on vous observe, vous tentez anxieusement de contrôler chaque détail.

Dans ces conditions, difficile de s’abandonner et de laisser votre cœur s’exprimer librement…
Pourtant, c’est là une condition essentielle pour vivre cet état béni que l’on appelle « le flow ».

C’est fou !
Énormément de musiciens utilisent leur cerveau de la mauvaise façon.
Mauvais mode au mauvais moment, donc mauvais résultats.

Rassurez-vous !
Je vais vous faire découvrir deux processus qui vont vous permettre de remettre les pendules à l’heure.
Le premier processus vous permettra de vous concentrer efficacement et très rapidement sur votre travail. Cela vous permettra, entre autres, de faire un travail musical de plus grande qualité.

Le second processus, sous forme de BONUS téléchargeable, va vous apprendre à transformer le trac, le stress, l’anxiété en carburant pour mieux jouer en public.

Se concentrer efficacement pour mieux jouer en public

Cela vous est déjà arrivé de commencer à jouer un morceau et de prendre conscience que vous n’êtes pas là ?
Vos mains articulent des notes du mieux qu’elles peuvent et votre esprit fait du deltaplane sur les nuages de vos souvenirs…

Dur de faire de votre mieux quand vous êtes absent(e) !
Ou quand votre esprit est tellement pris par l’échange énergique qui vient de se dérouler, que vos pensées tournent en boucle autour de lui comme des abeilles autour d’un pot de miel.

Et bien, le processus que je vais vous présenter tout de suite va vous permettre de ne plus jamais vivre cette situation ! Et bien sûr de mieux jouer en public.
Grâce à lui, vous allez rassembler votre énergie mentale et équilibrer la synergie entre vos hémisphères.
​De fait, vous diminuez les risques d’utiliser votre cerveau à l’envers !

Lisez-le intégralement et ensuite faites-le sans plus tarder.

Technique de concentration ultrarapide en 4 étapes

Étape​ 1

Installez-vous confortablement et prenez 2 ou 3 grandes inspirations. Ainsi, vous oxygénez votre cerveau et vous détendez les muscles de votre cage thoracique…

Étape 2

<