fbpx
homme-souffrant-tendinite-du-musicien

12 clés pour éviter et soulager la tendinite du musicien

Vous avez mal au coude ? Votre épaule reste anormalement tendue ?
Ou c’est peut-être votre poignet droit qui tire ?

« 75% des musiciens connaîtront un problème physique qui les contraindra à interrompre leur activité pendant un temps.  » 

Chiffre alarmant, n’est-ce pas ?
C’est pourtant celui que le Dr André-François Arcier, président-fondateur de l’association Médecine des arts, présente régulièrement.

Le plus connu de ces troubles est la tendinite du musicien.
Mais bien-sûr, il y en a d’autres comme la dystonie de fonctionl’épicondylite.

Peut-être que vous avez déjà rencontré ces troubles musculo-squelettiques (TMS).
Ou vous avez fait la connaissance de troubles plus simples d’apparence mais tout aussi invalidants.
Je pense aux tremblements, picotements, mouvements involontaires, compensations douloureuses, etc.

Si c’est le cas, vous savez ce que c’est d’être angoissé(e) par la peur d’avoir mal, la peur de ne pas progresser, ou pire, la peur de voir vos performances régresser.

Mais rassurez-vous, il y a une bonne nouvelle !

Selon Marc Papillonspécialiste de l’analyse du mouvement et auteur de différents ouvrages sur le sujet, « La plupart du temps ces troubles ne sont pas graves au sens médical du terme… Ils ne nécessitent sans doute pas d’intervention chirurgicale. »

En revanche, si vous souffrez d’une gêne musculaire, que vous pensez avoir un début de tendinite, il est urgent d’agir ! Ne rien faire et continuer à travailler votre instrument comme d’habitude serait une très mauvaise stratégie.
Un peu comme regarder votre potager en attendant que des tomates poussent, sans y avoir planté de graines. Vous risquez d’être déçu du résultat.

Pour éviter cela, je vais vous présenter 12 clés qui vous permettront de ne pas déclencher de tendinite du musicien ou de travailler efficacement à apaiser ce genre de troubles musculo-squelettiques.

Bien sûr, ces conseils ne remplacent pas un avis médical.
Et si vous souffrez de troubles persistants, je vous invite à contacter un spécialiste qualifié pour vous accompagner sur le chemin de la guérison.

La tendinite du musicien​

La tendinite du musicien, qu'est-ce que c'est ?

Définition : la tendinite est une inflammation des tendons qui permettent aux muscles d’être rattachés aux os.

Elle peut toucher différentes parties du corps comme les poignets, les épaules, les coudes, les doigts, la nuque, etc.

Sachez que si une tendinite n’est pas traitée correctement, elle peut se solder par une rupture du tendon ! Il est vital de ne pas négliger des douleurs qui persistent au fil de vos séances de pratique musicale.

Vous vous en doutez, les parties les plus susceptibles de vous faire souffrir seront généralement celles que vous stimulez le plus fréquemment dans votre pratique musicale.

Les pianistes, les guitaristes, les batteurs, auront plus tendance à souffrir au niveau des doigts, des poignets, des épaules qu’au niveau des mâchoires.

Cependant, il n’est pas possible qu’une zone du corps que vous ne stimulez qu’indirectement devienne douloureuse.

Comme par exemple, si vous serrez inconsciemment les mâchoires lorsque vous jouez un passage difficile !

Chez beaucoup de musiciens, la douleur apparaît pendant le travail de l’instrument.
Cependant, les tensions et autres sensations douloureuses peuvent également se manifester sournoisement quelques heures après votre pratique musicale.
Elles peuvent même vous réveiller pendant votre sommeil…
L’horreur !

Dans tous les cas, la douleur est un signal d’alarme que votre corps vous envoie.
Elle est comme le gendarme qui siffle à un carrefour pour mettre en garde le conducteur qui a une conduite dangereuse.

Mieux vaut prêter attention à ces avertissements que de les ignorer.
Car plus vous attendrez pour réagir et plus les conséquences risquent d’être lourdes.
Les douleurs se feront plus aiguës, plus persistantes, plus invalidantes et… seront plus lentes à guérir.
Elle grossiront comme une boule de neige qui dévale à toute vitesse le flan d’une colline.

Principales causes de la tendinite du musicien et des autres TMS

1) La répétition des gestes

Et oui, tout simplement.
La répétition est la mère de l’apprentissage !
Mais c’est aussi la sœur de la tendinite.

Car c’est la répétition de gestes inadéquats (trop tendus, trop détendus, trop contractés)
qui va user de plus en plus les tendons, les tissus musculaires et autres.

Songez que des gouttes d’eau qui tombent en continu sur un rocher (en un point précis) finissent par creuser un véritable trou dedans !

Heureusement, la répétition d’un geste correctement exécuté va maintenir un équilibre sain au sein de votre corps et préserver vos articulations.

Par conséquent, si vous ressentez qu’une partie de votre corps devient lourde, moins réactive, qu’elle fatigue et commence à vous faire mal, c’est que vous n’êtes pas sur la bonne voie.

Il ne s’agit pas de faire demi-tour sur-le-champ. Plutôt d’apporter quelques légères modifications à votre itinéraire.

Connaissez-vous « l’effet papillon » ?
Un petit battement d’aile de papillon de rien du tout devient la cause d’un tremblement de terre dévastateur à l’autre bout du monde.

Oui !
Une petite gêne a le pouvoir immense de limiter vos performances.
Mais la bonne nouvelle, c’est qu’une légère correction bien ajustée peut avoir des effets miraculeux.

Un peu comme au golf, d’ailleurs.

Un degré de différence dans la position du club quand vous frappez la balle deviendront 45 mètres de différence sur une distance de 200 mètres de tir.
Et votre balle finit sur le green ou dans l’eau ! Et ce, pour un petit de degré de différence seulement.
(Je donne ces chiffres pour l’exemple, ne vous formalisez pas dessus ! 😉 )

Quoi qu’il en soit, en cas de problème, ne tentez pas de tout changer d’un coup !
Rappelez-vous la phrase suivante :

« Un léger ajustement à l’entrée peut engendrer une                                        gigantesque différence à la sortie. »

2) Le perfectionnisme et l’exigence

L’enfer est pavé de bonnes intentions.

Je pèse mes mots.

Un ami à moi, professeur de piano, ressentait une forte inégalité entre la dextérité de ses 2 mains.
Son auriculaire droit le gênait. Il était convaincu qu’une anomalie physique se cachait dans ce problème de performance.

Dans son cas, il ne s’agissait pas de la tendinite du musicien, mais d’un problème de souplesse et d’indépendance des doigts.

Croyez-moi.
Cet homme a de la volonté et de la détermination. (En plus d’avoir beaucoup de charisme et d’être très sympathique 😉 )
Il a focalisé sur son problème pendant des années. Il est resté concentré sur l’idée d’améliorer les performances de son auriculaire droit. Il s’est imposé des exercices rigoureux, a travaillé dessus encore et encore. Mais l’exigence et le perfectionnisme de ce pianiste l’ont conduit sur la mauvaise voie.

​En effet, le remède s’est avéré être pire que le mal lui-même.
De nouveaux troubles sont apparus, des troubles plus présents, plus encombrants, plus handicapants.

Aux dernières nouvelles, un spécialiste de la région parisienne lui a diagnostiqué une véritable dystonie de fonction. Une maladie longue, pénible, et lente à guérir…

Ce genre de pathologie est véritablement un enfer pour le musicien qui doit y faire face.
Et je ne peux m’empêcher de penser, que davantage de repos et de relaxation n’auraient pas eu d’impact négatif sur la santé de sa main droite.

Toute l’exigence et l’immense bonne volonté de ce musicien se sont soldées au final par un problème bien plus terrible.

Oui, parfois l’enfer est pavé de bonnes intentions.

3) Les situations de performance

Vous avez 10 secondes pour répondre à la question suivante.
10 secondes. Pas une de plus.
Top départ !

Quel est le meilleur moyen de se détendre avant une situation de performance, comme une audition ou un petit concert informel ?

Tic, tac, tic, tac, tic tac, tic, tac..

DIIING !!!
Votre réponse ?

En passant, avez-vous senti l’impact du compte à rebours sur votre capacité de réflexion ? Sur votre état corporel ?

Avez-eu du mal à réfléchir ? Votre corps s’est-il crispé ?
Peut-être en prenez-vous tout juste conscience maintenant que je vous pose la question.

C’était stressant, n’est-ce pas ?

Le compte à rebours a instauré une pression dans votre tête qui s’est transformée en tensions corporelles.

Vous vous êtes contracté(e) mais vous n’aviez pas assez de place dans votre mémoire de travail (MT) pour le remarquer ou pour faire en sorte de relaxer les parties de votre corps qui s’étaient tendues.

Et tout ça, juste pour répondre à une simple question, aux réponses multiples.
Car bien sûr, il n’y a pas un seul et unique meilleur moyen de se relaxer avant une audition ou un concert… 😉

Entre nous, vous étiez loin du stress que vous pouvez ressentir quelques jours avant un concert, une audition et pendant ces mêmes situations de challenge !
Nous sommes d’accord.

Alors à votre avis, quels impacts corporels peuvent avoir votre envie de jouer parfaitement?
Votre peur de décevoir un professeur ? De rater une audition ? Ou toute autre occasion unique de démontrer votre talent et d’offrir ce que vous avez de plus beau ?

Oui.
Dans ces situations de challenge, l’urgence et l’exigence vous donnent le sentiment que seul le résultat compte.
C’est là que vous devez redoubler de vigilance pour éviter la tendinite du musicien.
Car ces périodes de défi composent un terreau idéal où toutes sortes de dysfonctionnements peuvent germer à leur aise…

12 astuces pour éviter ou apaiser la tendinite du musicien

1) Buvez de l’eau, avant, pendant et après votre pratique musicale

«Il faut impérativement s’hydrater avant, pendant et après l’effort : sinon, vos muscles vous le feront payer ».

 Cette mise en garde est de Michel Cymes.

Vous savez, c’est le médecin/chirurgien qui présente le Magazine de la Santé sur la cinquième.
Au micro de la radio RTL, il a consacré un édito aux gestes essentiels pour éviter les tendinites.
Dans cet édito, Michel Cymes a fortement insisté sur l’importance vitale de l’hydratation.

2) Relaxez-vous avant de travailler

Et oui, la relaxation n’a pas pour seul vertu de rallonger votre espérance de vie.
Elle diminue aussi sensiblement le risque que vous développiez une tendinite du musicien.

Rassurez-vous !
Je ne vous demande pas de consacrer la moitié de votre séance de travail à vous relaxer.
5 à 7 minutes de détente suffisent…

Inspirez et expirez en imaginant que tel ou tel muscle, articulation, se relâche.
Visualisez le parcours de l’oxygène le long de vos membres.
Sentez vos membres se décontracter et se nourrir d’oxygène.

Si vous ​cherchez des idées sur « comment procéder », ​vous trouverez votre bonheur sur Youtube.
​ 😉

3) Echauffez-vous avant de jouer

Vous imaginez un chanteur qui se réveille le matin et qui, au bout de 10 minutes, commence à chanter très fort avant même d’avoir prononcé un mot ?

J’ai mal pour lui.

Avant d’effectuer n’importe quel type d’activité, notre corps a besoin d’être mis en route.
Pensez aux sportifs, aux footballeurs remplaçants que l’on voit courir autour du terrain pendant que les autres se disputent le ballon.

Foncer tête baissée sur son instrument est une stratégie excellente…
pour froisser vos articulations et développer une tendinite du musicien.

Alors, avant de travailler votre instrument, pensez à vous échauffer pendant quelques minutes.
En plus de préserver la santé de votre corps, cela vous permettra d’attaquer votre pratique dans de meilleures conditions. En effet, « en étant chaud » vos doigts, vos poignets, vos bras répondront tout de suite mieux !

D’autant plus que vous serez relaxé(e). 😉

4) Montez en intensité progressivement