Pourquoi nos progrès semblent disparaître du jour au lendemain ?

photo-musicien-colère-guitare

​Cette question vous interpelle ? Je vous comprends.

Parfois on bute sur un passage compliqué. Quand ça arrive, on le décompose et on le travaille au ralenti. Et puis, au bout de quelques minutes, on parvient à traverser l’extrait difficile d’une façon satisfaisante. Jusque là tout est ok…

Le lendemain on retourne dans la pièce à musique. On rejoue le même morceau. On arrive au passage qui nous donnait du fil à retordre… Et là, on se replante royalement ! On se rate à l’endroit précis qu’on avait pourtant bossé et amélioré. Oh ! c’est quoi le problème ? Pourquoi les progrès disparaissent ?

Je me rappelle tellement de fois où je me suis exercé encore et encore sur un petit aspect technique. Avec le travail cela devenait plus fluide, j’y arrivais mieux. Pourtant, quand je m’exerçais à nouveau le lendemain. J’avais l’impression de ne jamais avoir travaillé ce point là. J’étais à chaque fois dégoûté ;(

Comment cela se fait-il ? Est-ce que mon système nerveux s’est mis en grève ? ​Suis-je nul ? 

Non, rien de tout cela. De nombreuses études démontrent qu’il s’agit plutôt d’un problème d​e stratégie d’apprentissage. ​Pour faire simple, la raison se cache probablement dans ​la méthode de travail et la solution dans l’apprentissage entrelacé…

​Apprentissage en bloc ​Vs
 apprentissage entrelacé :

​Je vous ai rapidement parlé de l'apprentissage entrelacé dans mon article sur la création d'une méthode de travail efficace​.​​ Cette stratégie s'oppose à la stratégie enseignée à l'école depuis toujours appelée : apprentissage en bloc.

Ici, je vous transcris la description de ces 2 stratégies.

Pour ce faire nous allons utiliser les lettres A, B et C.
Chaque lettre représente un point précis que l'on souhaite travailler. Si on prends l'exemple de la guitare : 

  • A est le changement d'accord "LA-SOL".
  • B est la séquence à la main droite "Bas-bas-haut-haut-bas".
  • Et C est l'arpège "pouce-index-majeur-index-majeur-index" ou "p-i-m-i-m-i".

​L'apprentissage en bloc

photo-mur-brique-apprentissage- en-bloc

L'apprentissage en bloc est la stratégie d'apprentissage la plus commune où l'on travaille une seule fois chaque aspect pendant un temps plus ou moins long.

Cette approche plus classique ​suit le modèle : AAAA / BBBB / CCCC​
(J'écris plusieurs fois la lettre de suite "AAAA" pour signaler que l'on s'exerce longtemps sur ce même passage).

​Ici, chaque point est travaillé une fois pendant un temps conséquent. Disons 15 minutes pour un travail musical.

L'apprentissage entrelacé

​L'apprentissage entrelacé consiste à travailler les aspects ​A/B/C en les enchaînant rapidement les uns à la suite des autres plusieurs fois de suite.

​L'idée est de s'exercer sur chaque aspect pendant une micro-séquence de quelques minutes seulement.  Si je fais trois séries complètes, ​ma séance de travail suivra le modèle : A/B/C A/B/C A/B/C

​​Ici, chaque point est travaillé pendant un temps plus court, plusieurs fois pendant la séance. Disons 3 minutes.

photo-tissage-apprentissage-entrelacé

Quelle ​stratégie d'apprentissage est la plus efficace ?

​Vous vous en doutez, la méthode traditionnelle n'est pas la plus efficace. 

​Comme l'explique ​cet article de The Scientific American, l'apprentissage entrelacé se révèle étonnement performant aussi bien pour apprendre des concepts que pour intégrer des compétences motrices.

L'apprentissage entrelacé permet d'apprendre plus vite

photo-horloge-moderne-apprentissage-entrelacé

​Dans une étude menée en 2008 au Canada, des étudiants en médecine apprenaient à "lire" des électrocardiogrammes (ECG) et à diagnostiquer diverses pathologies cardiaques.

Les étudiants du premier groupe apprenaient à reconnaître telle ou telle pathologie en observant de multiples exemples, d'une seule et unique pathologie, ​par "bloc" de travail (apprentissage en bloc).

Les étudiants du second groupe apprenaient la même compétence mais avec un mélange de multiples pathologies mixées dans chaque "bloc" de travail (apprentissage entrelacé).

​Lors du test d'évaluation final, les étudiants du groupe "apprentissage entrelacé" ont fait preuve d'une plus grand acuité dans leur lecture des ECG. lls ont donc acquis un meilleur niveaux de compétences pour un temps de découverte et d'​entraînement égale.

Cette étude démontre que ​l'apprentissage entrelacé permet d'apprendre et d​e développer des compétences plus rapidement que la méthode traditionnelle (apprentissage en bloc).

L'apprentissage entrelacé stabilise nos progrès
et les rends plus évolutifs

progrès-flèche-peinte-arbre-apprentissage-entrelacé

​L'apprentissage entrelacé dans le domaine sportif

​Les recherches sur l'apprentissage entrelacé ont d'abord été menées dans l'univers du sport.

Une des premières études, ​datant de 1986, évaluaient l'impact de entrelacement sur l'apprentissage de 3 services différents au ​badminton.

​30 femmes divisées en 3 groupes, se sont entraînées 3 jours par semaine pendant 3 semaines de suite.

Les groupes se différenciaient par un niveau d'interférence (comprenez entrelacement) différent ​pendant leur entraînement. Groupe 1 interférences faibles, groupe 2 interférences moyennes et groupe 3 interférences forte​s. En d'autre terme, groupe 1 apprentissage en bloc, groupe 2 entrelacement moyen, et groupe 3 fort entrelacement.

Le lendemain de la fin des 3 semaines d'entraînement, ces sportives ont été testées sur l'acquisition, la rétention et le transfert des compétences apprises.

Quels sont les résultats ?

Le groupe "fortes interférences" a bien mieux intégré les façons d'effectuer ces différents services que le groupe "faibles interférences".

Plus intéressant encore, le groupe fortes interférences a démontré une bien meilleure capacité à manipuler cette compétence dans des contextes différents. Par exemple, les joueuses parvenaient mieux à effectuer ces services du côté opposé du court, etc.

​D'autres études en base-ball et en basket-ball ont obtenus des résultats identiques à l'étude précédente. Chacune démontraient qu'un fort entrelacement dans l'apprentissage évite que nos progrès disparaissent en les rendant plus solides et plus évolutifs !

​Attention ! L'apprentissage entrelacé ​ne nous donne pas la sensation de bien apprendre

photo-point-dinterrogation-

L'apprentissage entrelacé ​donne la sensation de mal apprendre

​Et oui, il y a un mais ! L'apprentissage entrelacé nous donne la sensation désagréable de "mal apprendre" !

​En 2008, les chercheurs Kornell et Bjork ont demandé à 120 étudiants d'observer des tableaux provenant de 12 artistes peintres différents.

​La moitié des étudiants apprenaient par bloc. On leur présentaient​ 6 tableaux d​'un artiste. Puis 6 tableaux d'un autre peintre, etc... ​L'autre ​moitié d'étudiants voyaient des tableaux de tous les maîtres mélangés dans chaque série de présentation.

Suite à cela, les étudiants des deux groupes passaient un test dans lequel ils devaient associer les peintures au ​peintre qui en était l'auteur.

​Lors de ce test final, les étudiants du groupe apprentissage entrelacé parvenaient beaucoup mieux à distinguer les différents artistes​ et à associer chaque peinture avec le bon peintre.

Mais en interrogeant les étudiants sur la qualité de leur apprentissage, un fait intéressant a été mis en évidence. Les étudiants qui ont appris ​en bloc avaient la sensation d'avoir mieux appris que ceux de l'autre groupe alors que leurs résultats au test prouvaient le contraire !

L'apprentissage entrelacé rend les choses plus difficiles

Entrelacer ne donne pas le luxe de sentir que la maîtrise se développe

​Il faut ​donc se méfier de nos sensations !
Avoir la sensation d'avoir bien appris n'est pas gage d'un apprentissage de qualité.

L'apprentissage entrelacé nous force à enchaîner les matériaux travaillés (matériel A, matériel B, etc...) avant d'avoir la sensation plaisante de commencer à les maîtriser​ ! Rappelez-vous ​l'illusion de progrès que j'ai eu avec le changement d'accord "LA-SOL" dont je parle dans l'intro...

On se retrouve tout le temps "au début de l'apprentissage", quand les choses ne "glissent" pas encore... et on n'atteint pas nécessairement le stade de "Ah ça y est, j'y arrive mieux !". D'où l'erreur d'appréciation des étudiants sur l​'efficacité de leur apprentissage dans l'étude sur la peinture.

Donc même si nous n'avons pas la sensation de progresser quand nous entrelaçons, ​rappelez-vous que c'est un des "pièges" de cette stratégie.

Patientons et laissons un peu de temps à notre cerveau, de solidifier les réseaux neuronaux concernés, avant d'analyser nos progrès ! ​Winking smileWinking smile 

Entrelacer ​demande un investissement plus intense

​Et ou !​ Entrelacer rend l'apprentissage plus coûteux en termes d'énergie, de concentration, etc.

C​ette difficulté accrue est, selon les chercheurs, une des origines de l'efficacité supérieure de cette méthode. Le cerveau bosse plus dur donc il produit plus de résultats.

Plus de pompes = plus de biceps ! Winking smileWinking smile

​Conseils pratiques

Voici quelques conseils pour vous permettre de bien prendre en main cette formidable stratégie d'apprentissage :

Entrelacer des choses qui ont un rapport entre elles

​Cela va de soit mais c'est mieux de le rappeler !

Si vous travaillez les gammes de Fa Majeur et que vous entrelacer cela avec la mémorisation de la recette de la tarte au melon et la pratique d'un coup de pied de karaté, je ne peux plus rien pour vous.

​Plus sérieusement, l'entrelacement améliore les performances d'apprentissage aussi parce qu'il nous confronte à différents matériaux de nature similaires.

Dans l'étude sur la peinture, les étudiants du groupe apprentissage entrelacé ont pu davantage comparer les points communs, les différences, et les spécificités des styles de chaque artiste.

​Idem dans les études sur le sport. L'enchaînement des différentes techniques amène les joueuses de badminton à mieux intégrer les points communs et les différences de chaque service.

Trouver votre équilibre entre nombre de séries, d'aspects travaillés et durée d'exercice de chaque aspect

​L'idée est de trouver le cocktail qui vous convient. 

​Travaillez chaque point sans être pressé par le temps mais sans trop vous attarder non plus. Le cerveau doit à chaque fois faire l'effort de se replonger corps et âme dans l'élément que nous recommençons à travailler. Une durée de 2 à 4 minutes par aspect travaillé me paraît adaptée.

​Par ailleurs, travaillez un nombre d'aspects raisonnable par séance de travail. 3 ou 4 aspects me semble une bonne moyenne pour garantir ​que vous aurez le temps d'entrelacer plusieurs fois l'ensemble des éléments dans une séance de travail.

​Enfin, je conseille de faire au moins 3 séries complètes ​par séance de travail selon le modèle : A/B/C A/B/C A/B/C. On pourrait presque dire que plus vous entrelacez mieux c'est !

Faites des pauses entre chaque série et/ou entre chaque aspect travaillé

photo-homme-musculation-apprentissage-repos
"La pause est au travail ce que l'inspiration est à l'expiration"

Le cerveau ancre et consolide nos apprentissages pendant le sommeil.

​Nous savons également que lorsque nous apprenons des connaissances théoriques, les pauses que nous faisons pendant l'apprentissage permettent à l'hippocampe (structure clé dans les processus de mémorisation) de transférer les connaissances dans les zones corticales appropriées.

Sans pauses, nous empêchons l'hippocampe de faire son travail ô combien important !

​Je pense que l'on peut supposer que le même genre de phénomène s'applique à l'apprentissage de compétences motrices et gestuelles.

Donc, des pauses régulières, au moins entre chaque série, permettront au cerveau de mieux intégrer les fruits de notre entraînement.

Sinon, on risque d'avoir cette sensation de ne plus rien intégrer. Vous savez ? Comme ces fois ou l'on a l'esprit un peu échauffée et où rien ne semble vraiment rentrer...

Faites des tests et notez vos résultats

​Tout est dis !

​Avec toutes les informations diverses et variées qu​i traversent notre esprit chaque jour, notre cerveau est mis à rude épreuve​. Parfois, on arrive pas à se souvenir de ce qu'on a mangé le midi de la veille. ​

Un carnet mémorise à notre place et désencombre notre cerveau. C'est de la haute technologie ! 😉 C​et outil indispensable pour affiner notre méthode de travail. Il nous permet un suivi de nos essais et nous permet d'évaluer avec précision l'efficacité de nos tests.

En plus, il garde un historique de nos expériences sur une longue période. Utile pour se rappeler de la stratégie utilisée pour tel morceau il y a 1 an et demi...

​Ainsi nous éprouvons l'efficacité de nos stratégies et grâce à cela, notre ​confiance dans la méthode que nous employons ​grandit. Et plus nous sommes confiants, plus nous sommes sereins et motivés. Comme l'a dit Yannick Noah :

"La joie précède la victoire ! 

​Conclusion

​Après avoir travaillé un moment, nous arrivons enfin à bien enchaîner "ce" passage complexe.
Mais le lendemain, quand nous reprenons notre instrument, nous avons l'impression que nos progrès durement acquis ont disparu​ dans la nuit...

​Grâce aux neurosciences nous comprenons maintenant que pour qu'un apprentissage s'incruste mieux dans le cerveau, il faut l'entrelacer avec d'autres apprentissages.

Si vous commencez à utiliser l'entrelacement, vous verrez que vos progrès vont se stabiliser beaucoup plus vite ! En fait, la vitesse à laquelle vous pensiez pouvoir apprendre des nouveaux gestes, à la guitare ou au piano, n'est pas votre vitesse maximum d'apprentissage.

Ce n'est pas évident d'entrelacer au début car il faut réfléchir à ce que ​l'on veut travailler, se faire un petit programme de travail et penser à changer régulièrement la séquence de gestes que l'on travaille. 

​Mais le jeu en vaut la chandelle !
Toutes les études de neurosciences le prouvent. ​Notre cerveau, peut apprendre plus vite !

Alors, avant de prendre en main votre instrument tout à l'heure, réfléchissez juste aux 3 ou 4 éléments que vous allez travailler et pensez à ​les faire tourner au bout de quelques minutes !​

Avec confiance et motivation Winking smileWinking smile

Roman Buchta

Partager l'article
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 45
    Partages
Roman

Je suis auteur, compositeur et interprète depuis 10 ans. Passionné de sciences cognitives, de psychologie de la motivation et de préparation mentale, je cherche et teste des outils et des astuces pour améliorer la qualité de nos séances de travail musical et notre capacité à exceller sur scène. ;)

  • Bonjour Roman, bravo pour cet article très intéressant! Je suis prof de piano et je compile ce qui m’interpelle sur mon blog, puis-je partager votre article? https://coursdepianobourges.blogspot.com/
    Merci par avance, musicalement!

    • Roman dit :

      Bonjour Marie-Lise,
      Merci pour votre retour 😉
      Oui vous pouvez faire partager cet article depuis votre site.
      Mes articles sont écrits pour être utiles au plus grand nombre !
      Par ailleurs, je vous serai reconnaissant de mentionner son origine
      et de faire un lien depuis votre blog !
      Excellente continuation,
      Musicalement,
      Roman

  • Jeanson dit :

    Article Génial, Merci.
    Quand on veut évoluer, on a tendance à travailler à sa façon, à naviguer entre ces 2 méthodes et sembler s’y perdre… merci pour cette explication. Au Plaisir de lire d’autres de vos articles.
    Philippe

  • >