Deprecated: filter_var(): Passing null to parameter #3 ($options) of type array|int is deprecated in /home/buro7597/public_html/wp-content/plugins/secupress-pro/free/functions/ip.php on line 43

Deprecated: filter_var(): Passing null to parameter #3 ($options) of type array|int is deprecated in /home/buro7597/public_html/wp-content/plugins/secupress-pro/free/functions/ip.php on line 43
Interview de la pianiste Marie-Cécile Baritou - Ouimusique
Photo Marie-Cécile Baritou Apprendre le piano.com

Interview de la pianiste Marie-Cécile Baritou

Bonjour amis musiciens et musiciennes 😉

Aujourd’hui, j’ai le plaisir de vous présenter Marie-Cécile Baritou.

Marie-Cécile Baritou est professeure de piano.

Elle partage aujourd’hui sa vision de l’enseignement sur son blog
apprendre-a-jouer-du-piano.com et sur sa chaine YouTube.

Marie-Cécile fait partie des personnes dites « hyper-sensibles ».

Cette hypersensibilité est devenue aujourd’hui sa force et elle colore profondément sa façon d’enseigner le piano.

Dans cette interview, Marie-Cécile et moi-même avons évoqué des sujets passionnants comme :

  • La difficulté des hypers-sensibles à suivre un enseignement classique de la musique
  • Le peu de choix que des adultes motivés ont pour bénéficier d’un apprentissage musical de qualité
  • L’équilibre entre la bienveillance et l’exigence lorsque l’on apprend un instrument de musique

J’espère que ces réflexions vont vous intéresser !

Bon visionnage ! 

La vidéo de l'interview :

Transcription écrite de l'interview

Roman: salut C’est Roman de oui musique Bienvenue dans cette vidéo dans laquelle j’ai le plaisir de vous présenter Marie-cécile Baritou Marie Cécile Baritou est pianiste et professeur de piano. Elle pratique le piano depuis plus de trente-cinq ans et elle a décidé depuis quelques années de partager sa philosophie de l’apprentissage du piano sur internet.

donc dans cette interview, nous avons évoqué la place des hypersensibles dans les conservatoires et le problème qu’il y a à être hypersensible. Lorsqu’on pratique de la musique, on a réfléchi également au juste équilibre entre l’exigence et le plaisir est-ce qu’il faut être extrêmement exigeant lorsqu’on est amateur ou est-ce, qu’il y a un ratio plus intéressant pour mêler la qualité au plaisir.

Pour en savoir plus sur Marie Cécile Baritou, vous trouverez des informations dans la description en dessous de la vidéo. Et comme d’habitude, si vous souhaitez en apprendre plus sur le fonctionnement du cerveau, si vous souhaitez apprendre à apprendre la musique plus efficacement, eh bien vous pouvez accéder aux guides sur le système d’apprentissage neuro optimisé de la musique (SANOM)dans lequel vous découvrirez des informations qu’on ne vous a certainement pas confiées à l’école. Allez, je vous laisse avec Marie Cécile et Moi-même et je vous dis à bientôt Salut!

bonjour et bienvenue dans cette interview du blog W M. Coach. Aujourd’hui, j’ai le plaisir d’accueillir Marie-cécile Baritou du blog Apprendre à jouer du piano com et donc je suis ravi de pouvoir la questionner en fait sur son blog, son travail et puis sur sa façon d’enseigner. et de voir la pédagogie.

Donc merci à toi d’être ici et bienvenue

Marie-Cécile Baritou: Écoute Merci Roman de m’accueillir sur ton canal, quel que soit le canal

Roman: est-ce que tu peux nous partager un petit peu ton depuis quand tu as créé ton blog? Et Et depuis quand tu fais du piano

Marie-Cécile Baritou: alors du piano? Tu veux vraiment savoir depuis quand je fais du piano?

Ouais, je veux bien, je sais que

Roman: ça fait longtemps.

Marie-Cécile Baritou: Bon allez on va dire le piano, on va dire que ça fait une trente cinquième d’année

Roman: trente-cinq ans

Marie-Cécile Baritou: à peu près et puis sinon le voilà mon blog J’ai commencé il y a à peu près trois ans. Voilà en l’été justement, donc ça fait à peu près trois ans.

et et donc voilà, maintenant il y a une plus d’une centaine de publications. Et , des vidéos sur YouTube, un podcast sur les plateformes de podcast Et puis , des articles, enfin des

Roman: articles OK, donc tu publies des vidéos, des podcasts, des articles et et je suppose qu’en fait tu as une certaine ligne directrice dans ta façon d’écrire d’enseigner.

Qu’est ce que qu’est ce que toi tu souhaites transmettre à travers ce blog?

Marie-Cécile Baritou: Je souhaite transmettre des une façon de voir l’apprentissage, l’apprentissage du piano, pas forcément toujours différente parce que voilà, il y a des choses qui sont forcément communes à plein de monde. Mais il y a aussi des petits éléments parfois que j’ai trouvés au fur et à mesure des astuces.

J’ai trouvé au fur et à mesure des années et j’aimerais les partager parce que je me suis rendue compte que quand je recevais des élèves en présentiel chez moi, je me suis rendue compte qu’il y avait des éléments qui étaient vraiment qui aidait les gens et qui me disaient ah j’ai pas entendu ça ailleurs etc Donc je me suis dit que je pouvais peut-être partager à plus de monde que juste mes élèves en présentiel.

, et une vision aussi de la musique, plus plus douce et plus progressive que ce qu’on peut parfois voir ou ce qui est parfois enseigné. D’une manière générale, donc, c’est quand même adressé plutôt à des amateurs ou même des bons amateurs de piano, mais qui auraient envie de faire ça dans le plaisir, dans la dans la progression pédagogique, mais aussi quand même qui ont une certaine exigence.

Voilà, je je veux quand même que ça soit qualitatif et apporter C’est pas parce qu’on est amateur qu’on n’a pas le droit d’avoir du contenu qualitatif.

Roman: Ok donc tu souhaites apporter du contenu qualitatif et et finalement t’as remarqué que parfois quand tu enseignais et bien tes élèves te disaient Ah ça on ne l’avait pas dit de cette façon là et je le comprends un peu mieux et que c’est un plus ta recette en fait que tu que tu partages sur Internet.

C’est ces meilleures astuces que t’as pu expérimenter au fur et à mesure que t’as décidé de transmettre à plus de gens via ton blog, tes podcasts, tes vidéos et tout ça.

Marie-Cécile Baritou: Oui, oui, oui, oui, parce que je suis quelqu’un. Je suis pas une hyper spécialiste, j’aime beaucoup m’intéresser à plein de choses et donc dans mon parcours musical et artistique d’une manière générale.

je me suis intéressée à beaucoup d’arts différents, beaucoup de visions différentes. J’ai beaucoup lu dans ma vie aussi et donc je j’ai fait beaucoup de liens avec des choses très différentes, des pratiques très différentes, même sportives, etc. La danse, le dessin, la peinture, etc. Et en fait, il y a quand même beaucoup de fondamentaux qui se retrouvent.

dans tous les arts et puis dans tous les types d’apprentissage. Et c’est ces fondamentaux que j’essaie de relier. Et comme on les retrouve un peu partout en général, c’est qu’ils sont justes. Ils sont, ils sont, ils sont valables pour toutes les disciplines d’apprentissage et donc j’aime beaucoup faire ces liens là et c’est un peu ça ma spécificité c’est-à-dire que parfois je parle du piano sans parler du piano, tu essaies d’ouvrir un peu le champ de réflexion sur l’apprentissage voilà tout en aussi bien sûr en enseignant.

les bases normales, quoi. Enfin, voilà là pour le coup du solfège qui qui a bien mauvaise presse. Et pourtant quand on quand on l’aborde de la bonne manière, ça se passe bien quoi, ça se passe

Roman: beaucoup plus sympa.

Marie-Cécile Baritou: Oui bien sûr.

Roman: Donc si je reformule pour les personnes qui nous regardent, tu vas chercher des principes fondamentaux, extraire quelque part les bases et les les grands piliers dans d’autres disciplines que le piano pour les mettre en résonance avec l’apprentissage du piano et voir comment tu peux faire des correspondances, enrichir ta discipline d’enseignante et avoir une vision plus globale, ce qu’on appelle quelque part la Big Picture en neurosciences d’apprentissage.

excellent. Et alors? J’ai, J’ai cru comprendre que tu que justement tu voulais apprendre, partager une vision plus douce de l’enseignement et je je crois deviner que tu parles un petit peu peut-être. Tu fais écho un petit peu à cette à cette tendance qui s’assouplit mais qui est quand même encore trop rigide dans certains conservatoires, qui est un petit peu dur.

Cette vision élitiste qui dit si t’as fait une fausse note, c’est mal et et dans laquelle on apprend dans la souffrance. Et j’ai l’impression que tu parles de ça est-ce que tu peux nous en dire plus.

Marie-Cécile Baritou: en fait, c’est quelque chose dont j’ai souffert beaucoup. Personnellement, , parce que je suis quelqu’un à la base d’hyper sensible.

Et donc ben d’un certain point de vue ça m’a servi parce que musicalement voilà, dans le son, ça se sentent quand je joue et dans ma sensibilité musicale. Mais après par contre pour ce qui est de recevoir un enseignement un peu à la dure comme on pourrait dire là, pour le coup, ça ne va pas du tout.

C’est à dire que si quelqu’un me balance en pleine figure, franchement, franchement, t’es vraiment nul n’est pas possible quand on va vraiment rien faire de toi. Moi, je mets trois semaines à m’en remettre quoi. Et moi je considère ça incroyable que finalement,

quand on est hyper sensible C’est quand même l’idéal pour des artistes bien sûr. Après, s’il faut aller loin et monter sur scène, faire des grandes carrières, faire des jouer dans toutes les villes possibles imaginables de cette planète, bien sûr que si on est hyper sensible, on ne va pas s’en sortir non plus.

Il faut aussi s’endurcir et trouver des moyens. enfin s’endurcir peut être le mot, mais en tout cas se renforcer pour trouver des moyens de gérer cette pression qui est quand même là. Mais en revanche, je ne vois pas pourquoi pour la personne lambda qui ne va pas forcément faire faire des concerts toutes les dans une ville, un jour une ville mobile le lendemain et puis être confrontée au public, aux critiques etc journalistiques, je ne vois pas pourquoi ces gens là n’auraient pas le droit aussi de d’aller loin.

parce que c’est ça le problème, c’est que du coup ils vont pas loin Ces gens-là, ces grands sensibles, ils sont vite mis de côté dans l’enseignement général, si on veut que tout le monde soit tienne le coup etc. Et du coup on se retrouve aussi avec des personnes qui ont un très haut niveau, un très bon niveau technique mais qui se sont coupées de leurs émotions.

sinon, sinon ils n’auraient pas tenu le coup, tout simplement. Alors parfois, on peut rouvrir ses émotions et je pense que tu as des techniques pour ça. Tu peux tout à fait en parler mais mais c’est dommage. C’est dommage, je vois enfin en fait moi quelque chose me dit alors peut-être Certains pourront dire que je suis idéaliste, mais je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas trouver au fur et à mesure des années à venir une manière d’être exigeant.

Roman: exigeant. Non, mais

Marie-Cécile Baritou: c’est vrai, il faut être exigeant. Je veux dire. On peut vouloir jouer des concertos avec un niveau incroyable, etc. Exigeant Donc oui, il y a quelque chose de l’ordre de Je me bats, j’y vais quoi? De l’engagement? De l’engagement? Voilà, Mais sans violence quoi.

Roman: Oui,

Marie-Cécile Baritou: sans malveillance, sans vengeance, Voilà, et pas dans

Roman: la douleur en fait.

Marie-Cécile Baritou: Oui bah après la souffrance Bon elle fait partie de ce monde, ça c’est sûr. Donc c’est sans douleur, je ne vois pas. Enfin il y a forcément aussi des choses à parfois C’est dur quoi moi c’est dur mais pourquoi en rajouter avec une espèce de rage sur le plan de la communication? En fait c’est suffisamment dur comme ça d’acquérir cette discipline, d’acquérir ces ces oui cette ces compétences là.

c’est suffisamment difficile en soi. Pourquoi faut-il rajouter en plus des problèmes relationnels en fait entre le prof et l’élève entre l’apprenant et enfin voilà et le maître et et Et oui une violence morale en fait je trouve ça, c’est ça que je trouve ça dommage en fait. donc bon. Je me suis beaucoup intéressée à la communication non violente, à des choses comme ça, qui effectivement, si on les pousse trop loin aussi, on ne s’en sort pas.

On a tout le temps à surveiller ces mots, etc. Il faut aussi vivre, mais je sais pas. Il y a quand même plein de disciplines maintenant, de possibilités de de devenir plus bienveillant, même si ce mot peut devenir aussi vite fleur bleue, plus bienveillant, mais en restant exigeant. il n’y a pas de raison.

C’est pas facile, hein?

Roman: Oui, c’est vraiment. C’est la nouvelle pédagogie qui se dessine finalement petit à petit, parce que pour parler des neurosciences, on a démontré qu’en fait le fait d’avoir des mauvaises émotions, de la colère, de la tristesse ou le fait d’être humilié, ça ralentit l’apprentissage. En fait, ça bloque donc ça.

Et en plus il y a des parties du cerveau qui vont réenclencher ça systématiquement qu’on appelle les amida qui mémorisent le contexte émotionnel de l’apprentissage. Donc si on est mal avec ces professeurs, on va pas pouvoir progresser et on a tous des souvenirs de professeurs à l’école ou en musique.

Des gens passionnants, sympas, qui avaient une espèce d’amour pour la discipline et pour les élèves, et qui ont permis à des gens de faire des bonds énormes dans une discipline que d’autres professeurs condamnaient. C’est là où les professeurs sont ont un pouvoir immense sur les apprenants et où la aujourd’hui, on démontre scientifiquement que la dureté la méchanceté n’a aucun impact positif au niveau de l’apprentissage.

Donc je te rejoins tout à fait en fait et je suis ton combat parce que c’est vraiment important et il y a beaucoup de gens qui sont laissés pour compte et encore plus les hypersensibles de comme tu en parles parce que

Marie-Cécile Baritou: je veux dire quel est il n’y a pas plus plus. Enfin voilà, c’est c’est pourquoi reprocher?

un hyper. Enfin, pourquoi reprocher à un musicien d’être hyper sensible? Enfin c’est enfin ça va pas bien, c’est voilà alors après oui, moi je veux juste bien préciser que je ne suis pas non plus pour les petites fleurs bleues etc. Et qu’on soit en scène tous machin, je ne suis pas là dedans non plus hein!

C’est délicat toujours d’exprimer ça comme ça en peu de temps. Je suis convaincue que des fois les challenges et les difficultés qu’on a, ça nous forge, hein. Mais mais ils sont déjà là, ils sont inhérents à la pratique

Roman: et à la vie

Marie-Cécile Baritou: et à la vie. Je veux dire donc pourquoi juste en rajouter? C’est vraiment ça que je veux préciser.

Voilà après apprendre le piano et aller à un haut niveau sans souffrance, ça on oublie. Je suis navrée.

Roman: ben

Marie-Cécile Baritou: la patience, le travail c’est tout, pas une souffrance humaine et et relationnelle, c’est ça qui est super important je trouve.

Roman: Et alors comment tu tu articules ça justement dans dans ce que tu proposes avec ton blog?

Marie-Cécile Baritou: alors dans

Roman: tes formations

Marie-Cécile Baritou: Alors? Donc oui, j’ai mon mon contenu gratuit que j’ai beaucoup fait là pendant ces trois dernières années où vraiment j’essaie de montrer comment on peut voir les choses autrement sur le plan du oui de tout ce qui est formation musicale générale, sur le plan aussi de la technique, j’apporte des petites astuces, etc.

Après, c’est vrai que dans le contenu gratuit si on veut bien structurer les choses et mettre les choses dans l’ordre, pas à pas pour arriver à battre une problématique ou acquérir des notions, c’est difficile sans avoir plusieurs contenus à la suite. Et donc pour moi c’est évident qu’il y a un moment où il faut passer aussi au contenu qui est payant, c’est-à-dire là qui est structuré, vraiment

Roman: des formations complètes en formation

Marie-Cécile Baritou: complète,

Roman: penser pédagogiquement avec un fil conducteur, etc.

Marie-Cécile Baritou: parce qu’en fait, il faut faire attention l’information en soi. Bon, maintenant on trouve quasiment tout sur Internet gratuitement bien sûr, mais ça suffit pas de tout savoir. en information, il faut savoir dans quel ordre le

Roman: mettre

Marie-Cécile Baritou: et comment le faire

Roman: et jusqu’à quand avant de continuer une étape avant de passer à l’autre, etc.

Et c’est là, c’est là que la plus-value du professeur existe en fait. Et et alors? Par rapport à justement tes formations où tu articules ces contenus, comment tu comment tu ménages la chèvre et le chou, comment tu articules cette bienveillance? et cette notion de pour apprendre, il faut un peu de discipline, c’est normal, sinon sans discipline, on ne va nulle part.

Et alors, comment tu articules ça justement dans des formations que toi tu proposes?

Marie-Cécile Baritou: De toute façon, je ne vois pas comment je peux faire de mal aux gens à partir d’une vidéo. Parce que voilà, je, Je ne vais pas leur crier dessus parce qu’ils n’ont pas fait leur travail, puisque je ne les vois pas. Mais en revanche, voilà, ce que j’essaie, c’est d’expliquer beaucoup.

Avant de montrer, j’explique beaucoup. pourquoi on fait ça? Parce que en tant qu’adulte, les adultes ont besoin ont ce besoin là de savoir où ils vont avant d’y aller. En tout cas beaucoup d’autres minorités qui éventuellement n’ont peut-être pas besoin mais la plupart en tant qu’adulte, il y a quand même beaucoup le mental qui fonctionne.

Et et dire à un adulte tu feras ça point barre, c’est déjà une violence. pour moi. D’abord on explique, on va faire ça parce que il y a parce que ça va nous aider à faire ça. Maintenant on le fait. Donc c’est un peu ça aussi cette bienveillance et aussi expliquer avec des images que ça soit quand même ludique, sympathique.

Et . que ça passe bien quoi pas enfin voilà qu’il y ait un peu de rythme que s’occuper en tout cas de l’apprenant parce que ça ne suffit pas de balancer les infos comme ça. Il faut quand même aussi s’occuper de savoir est-ce que ça va être reçu est-ce que ça va être compris,

Roman: intégré et

Marie-Cécile Baritou: intégré et pour ça il faut se donner le mal et là je suis désolée mais c’est un effort pour le quand même le professeur se donner le mal de rendre ça assimilable.

c’est tout. On ne peut pas, on ne peut pas dire c’est comme ça. Et puis débrouillez-vous au revoir je coupe la vidéo c’est tout, c’est rendre ça visuel, faire des petits schémas récapitulatifs, avoir des choses à télécharger faire des exercices éventuellement pour mettre en pratique, donner les corrections enfin toutes ces choses là qui pour moi sont indispensables.

on peut pas, on peut pas juste balancer les informations. C’est pas ça le travail de prof.

Roman: OK. Et justement dans donc dans ces, dans ces formations que tu proposes et dans laquelle tu articules ces différents formats, où tu où tu réfléchis à vraiment comment rendre le plus intelligible possible? Comment permettre aux personnes qui écoutent de de rapidement comprendre le coeur de l’exercice et le pourquoi de cet exercice?

Donc, dans ces tu as quoi comme formation? Tu as une formation complète qui permet d’apprendre d’atteindre un niveau intermédiaire quand on est complètement débutant ou qu’est ce que tu peux proposer aux personnes qui souhaitent justement apprendre avec des bons outils, mais pour arriver à un niveau qui se respecte?

Pas juste le phénomène. Tutoriel sur YouTube où les personnes arrivent après dans les cours et et quasiment tout est bancal. En fait aussi dans le rythme, dans les postures, il y a beaucoup de défauts dans les gestes et ce qui est pas non plus, ce qui ne permet pas d’atteindre un certain niveau, hein, c’est vraiment on ne dépassera pas le niveau de de d’amateur parce que il faut tout restructurer ensuite.

Donc comment tu, qu’est ce que tu proposes toi? Comme

Marie-Cécile Baritou: Alors déjà, je voudrais préciser une chose, c’est que je suis très enthousiaste sur les formations qu’on peut maintenant vendre sur Internet. C’est cette possibilité technique qu’on a maintenant de partager son savoir par Internet, en vidéo. Je suis vraiment très enthousiaste par rapport à ça.

En revanche, ça a ses limites. il faut juste ne pas en faire une panacée et se dire chouette. Maintenant, on a un outil de plus, comme tous les outils qu’on a maintenant. Mais ça veut pas dire que ce qu’on faisait avant, c’était a c’est acheter à la poubelle et que voilà, avoir un professeur, c’est indispensable régulièrement pour moi, en présentiel vraiment un professeur.

Voilà donc déjà je déconseille fortement aux débutants. La première année, on prend un professeur en présentiel, pour moi, c’est sûr. ça veut pas dire que parallèlement, on ne peut pas au bout de trois, quatre mois si on bosse bien parallèlement, avoir des compléments de qualité en vidéo bien sûr. et souvent ils sont de qualité.

Souvent ils sont payants parce que je suis désolée. Mais voilà des contenus de qualité. Il faut du bon matériel, il faut que la personne ait le temps de le faire, etc. Donc forcément, c’est un travail pour ça.

Roman: Des titans,

Marie-Cécile Baritou: des titans. Je vois ce que je veux dire avec les problèmes informatiques, les problèmes informatiques qu’on vient juste d’avoir, avant d’ailleurs de tourner

Roman: une petite heure de bug cosmique.

Marie-Cécile Baritou: Voilà. Et donc pour pas avoir ces bugs, il faut acheter du matériel qui extrêmement cher, hein? Quatre chiffres souvent. Voilà des logiciels qui sont parfois pas loin de ces quatre chiffres aussi. Voilà, donc je suis désolée pour faire quelque chose de qualité, ça marche pas autrement. Donc je reviens à mon sujet parce que je me suis un peu écartée.

Après, à partir de là, je vais dire de dix mois ou un an. On peut se permettre effectivement à un moment de basculer sur des vidéos internet, mais il faut pas à mon sens le faire très longtemps. Il faut c’est un complément et un complément qui est extrêmement efficace. Mais voilà, avoir peut-être un cours tous les mois pour juste que le professeur dise non mais là, attention, vous avez mal compris ça, etc.

Pour moi, c’est indispensable quand même. Une petite vérification régulière par quelqu’un ou même ce n’est pas forcément un professeur, ça peut être quelqu’un de plus avancé. Mais bon enfin voilà quelqu’un qui est vraiment plus avancé quand même pour qu’il ait suffisamment de recul quoi mais par contre alors à l’inverse moi je vais dire que maintenant quel dommage de se priver aussi de cette possibilité d’avoir plusieurs professeurs donc un en présentiel et éventuellement plusieurs comme ça en virtuel.

avec des formations qui vont apporter des visions différentes. Et parfois une chose qui va être dite par une personne cinq fois dix fois va finalement passer beaucoup mieux avec l’autre personne, alors c’est la même chose, mais c’est juste d’autres mots, c’est une autre vision et d’un seul coup. Ah mais ça y est, j’ai compris.

Voilà et ça je trouve dommage que du coup certaines personnes disent non mais de toute façon ce n’est qu’en présentiel sinon ça ne marche pas. Pourquoi? Pourquoi se priver de de cette extraordinaire possibilité maintenant de pouvoir avoir dix professeurs. Si on veut bon, j’exagère hein, mais il faut le.

Mais bien sûr, bien sûr, il faut le temps. Et puis quand je dis dix professeurs, c’est pas en même temps, c’est voilà. À un moment quelques mois, on va travailler tel aspect sur des vidéos d’un tel tel aspect, sur des vidéos de d’autres personnes. Et donc voilà, même j’encourage beaucoup les professeurs de piano.

Si, s’il y en a qui écoutent là. à se lancer aussi là dedans. Parce que enfin voilà, moi je trouve dommage qu’il ait pas plus de personnes de qualité qui qui ont vraiment des compétences et qui les transmettent que à vingt, trente personnes parce qu’on peut pas non plus,

Roman: on ne peut pas avoir une quantité dél.

Marie-Cécile Baritou: Voilà,

Roman: mais c’est super intéressant. Il y a deux notions qui m’interpellent dans ce que tu dis. La première, c’est que tu conseilles d’avoir en présentiel de temps en temps pour le un des vérifications et puis d’avoir quelques cours avec un vrai professeur en présentiel au début et après Le point qui m’interpelle c’est que effectivement on peut entendre plusieurs fois la même chose de différentes bouches et ça ne fera que des compléments et ça aidera.

qu’à enrichir notre façon de comprendre un concept, un geste. C’est plusieurs points de vue qui sont complémentaires sur une même réalité. Et plus on voit les choses d’une façon différente, plus elle est manipulée d’une façon différente, plus le cerveau intègre profondément en reliant ce concept à d’autres réseaux neuronaux.

Donc c’est quelque chose pour moi. Apprendre c’est manipuler, manipuler, manipuler, manipuler, manipuler, manipuler l’information encore et encore de différentes manières. Et finalement, c’est ce que tu pointes du doigt en profitant de cette opportunité qu’Internet propose et donc je trouve ça très intéressant ces les deux aspects que tu as évoqués pour donner quelque part une réflexion sur Qu’est ce qu’apporte Internet dans l’apprentissage?

Marie-Cécile Baritou: Oui, moi je trouve que c’est une formidable opportunité mais comme tout outil ça peut être utilisé extrêmement mal et ça peut être une catastrophe. Ou alors ça peut être extra extra extraordinaire

Roman: et vraiment aidant.

Marie-Cécile Baritou: Bah oui

Roman: et , mais tu m’as pas répondu à ma question tout à l’heure justement, je disais en quoi en quoi justement, toi tu tu articul, tu ménageais la chèvre et le chou?

En quoi tu articulé vraiment? Ta ta spécificité, les choses que tu as été glanées ailleurs dans d’autres disciplines, comment tu intègres ça est-ce que c’est juste par des démonstrations d’exemples ou c’est par tes fiches pratiques ou comment tu apportes ça dans dans tes formations et quelles sont les formations que tu proposes?

C’était ça ma question à laquelle tu demande actuellement.

Marie-Cécile Baritou: Alors les formations, il va y en avoir beaucoup. Mais actuellement, il y a donc une grosse formation qui est sur le déchiffrage pianistique, parce que c’est quand même une problématique qui est beaucoup rencontrée et on y répond. pas tant que ça parce que le cours de solfège étant adapté à plusieurs instruments la plupart du temps, l’enseignement est très généraliste.

Il n’est pas, il n’est pas spécifique aux problématiques du pianiste. Donc moi j’ai eu envie de faire une formation pour les bons amateurs qui ont envie de mieux déchiffrer et donc de gagner un temps fou pour pour leur apprentissage de morceaux. Donc ça c’est ma grosse formation qui m’a pris beaucoup de temps d’énergie et ce depuis quelque temps.

Je suis en train de construire un catalogue aussi, mais avec des plus petites formations sur des problématiques différentes. Donc pour l’instant, il y a comment bien mémoriser ces tonalités, être plus à l’aise dans les tout ce qui est transposition mais de tête, pas au niveau de la lecture. parce que la transposition pour la lecture, elle, est dans l’information clé.

pour le déchiffrage. Il y a aussi pour travailler ces gammes, un petit peu, un grand panel, enfin de tous les outils qu’on peut avoir pour bien connaître toutes ces gammes au piano. Là, donc, là, c’est vraiment des outils techniques. Et puis il y a la formation sur les accords. Alors là, je me suis adressée un petit peu plus aux personnes qui souhaitent pas trop savoir lire, mais qui préféreraient plutôt s’accompagner en avec des des, des petits, des accords sur leur clavier, plaquer des accords voilà donc là c’est les donc le niveau un mais il viendra le niveau deux peut-être le niveau trois, on verra.

Je ne sais pas comment je vais articuler ça.

Roman: Ok

Marie-Cécile Baritou: voilà, mais j’ai plein d’idées, j’en ai une liste d’une vingtaine à peu près.

Roman: OK, donc il y a du boulot en perspective. Il y a du boulot et plein

Marie-Cécile Baritou: de belle aventures avec tout le monde. Et après oui, ce que j’ai fait comme lien avec les autres choses. les gens ne voient pas forcément ces liens là.

Mais je vais avoir des idées. C’est juste que d’un seul coup, je vais avoir une idée qui va me venir de telle ou telle pratique. Et je vais dire tiens, tu pourrais faire comme ça? d’une manière très intuitive, mais parce que ça me vient en faisant je ne sais pas du tennis par exemple, je me dis tiens, mais la posture, etc.

Et tiens, mais alors au piano? Ah ouais, mais alors au piano en fait, c’est l’histoire par rapport au coude. Et alors? À ce moment là, je vais. Je vais parler du coup d’une différente manière, parce que j’aurais entendu le professeur de tennis parler du coup, de différentes manières, ça va m’aider. à mieux.

Voilà, ça, c’est un exemple. Oui, oui,

Roman: c’est un exemple.

Marie-Cécile Baritou: Voilà. Les gens ne savent pas forcément que ça vient de là. Voilà. Et puis parfois, ça peut m’aider à trouver des images, dire tu sais, c’est comme si c’est comme si t’étais un peintre. Et puis tu restauras un tableau et puis tu fais ça et voilà. Et du coup, je, moi je trouve que la pédagogie, elle passe aussi beaucoup par le fait de créer des images.

des métaphores, des choses comme ça, donc faire un lien avec quelque chose qui n’a rien à voir en général, ça ouvre une fenêtre et ça surprend. Et pendant ce temps là, on peut faire passer l’information beaucoup plus facilement, sinon on reste dans son cadre et et parfois les choses passent moins facilement, quoi.

Roman: OK très bien

Marie-Cécile Baritou: imaginaire quoi. Ouais voilà,

Roman: ok bien, je te remercie pour toute pour ce débat passionné hein parce que tu as mis du coeur et et tu as partagé tes convictions et tes fortes convictions que je partage également. Donc moi ça me va bien.

Marie-Cécile Baritou: Voilà. Donc on peut déjà s’inscrire à ma newsletter en allant sur le blog Apprendre à jouer du piano com.

Il y a un petit cadeau qui est proposé à l’entrée, etc. Et puis après, effectivement, il y a les liens vers mon petit catalogue de petite formation. Et puis la grosse formation. Il y a un cours, un cours d’une heure gratuit. pour pouvoir, pour comprendre un petit peu, pourquoi c’est si difficile au piano de déchiffrer.

Et puis voilà, à la suite de cette heure là, si les gens ont envie d’aller plus loin et ben, ils peuvent aller plus loin avec moi avec la formation clé. Voilà

Roman: clé, c’est la formation clé. Elle s’appelle

Marie-Cécile Baritou: clé.

Roman: OK, un bon acronyme Voilà, je suppose parfait. Et bien merci à vous d’avoir suivi cette interview de Marie Cécile Baritou du blog Apprendre à jouer du piano com.

J’espère que vous avez trouver des éléments d’information que vous avez pu découvrir, ce personnage avec son hypersensibilité, ses convictions. En tout cas, moi j’ai eu du plaisir à partager ce moment là avec toi et et puis j’espère qu’on aura l’occasion, peut être de refaire ce genre de choses à l’avenir sur d’autres thématiques, parce que je pense qu’on a des foules de choses à évoquer ensemble.

Marie-Cécile Baritou: Oui, tout à fait ça, je suis sûr aussi.

Roman: Merci à toi et merci à vous

Pour conclure :

J’espère que cette interview vous a intéressée et qu’elle a satisfait votre curiosité !

Si vous avez des questions, écrivez-les dans les commentaires, je vous répondrai avec plaisir.

Par ailleurs, si vous souhaitez découvrir le Système d’Apprentissage Neuro-Optimisé de la Musique (SANOM), utilisez le formulaire d’inscription. 

Pour mieux comprendre de quoi il s’agit, c‘est ici !

Dans ce cours, vous découvrirez des concepts cruciaux de neurosciences pour apprendre vos morceaux plus efficacement et progresser plus vite en musique.

Avec confiance et motivation 🎶😏

Roman Buchta

Partager l'article
  • Stéphane GIUDICI dit :

    Bonjour Roman,
    Je ne sais pas si c’est un problème local sur mon PC ou si c’est sur la page web mais je n’ai apparemment pas de lien vers la vidéo de l’interview de Marie-Cécile concernant l’hypersensibilité.
    Amitiés.
    Stéphane.

    • Roman Buchta dit :

      Bonjour Stéphane,

      Merci pour votre commentaire.

      La vidéo apparaît normalement, si vous avez accepté les cookies.
      En effet, la vidéo et hébergé sur YouTube et si vous refusez les cookies externes vous pouvez pas y avoir accès via le site.

      Belle continuation à vous 🙂

  • >