Analyser sa méthode de travail pour devenir un meilleur musicien

photo-plan-méthode-travail

Aujourd'hui, je vais vous présenter une analyse des résultats que donnent la méthode de travail que je mets en place. 

​Cet article est très personnel.

J'y présente une analyse détaillée des points faibles et points forts de ma méthode de travail​ et des ajustements ​possibles pour progresser davantage.​

Si vous cherchez de l'inspiration pour analyser votre propre méthode de travail, vous êtes au bon endroit ! Cet article peut vous aider en vous servant d'exemple​. 😉

​Si vous cherchez des outils pour apprendre plus vite et réussir la gestion de projets musicaux​, l'article ​suivant serait plus adapté​. Pour le découvrir, cliquez sur le lien ci-dessous :
"Comment progresser musicalement grâce à un programme de travail efficace ?"

​Pourquoi analyser sa méthode de travail

 Examiner notre méthode permet donc de répondre à la double question suivante :

"Suis-je dans la bonne direction et arriverai-je à temps ?"

Pour prendre une métaphore marine que les vacances m'inspirent, la méthode de travail représente le gouvernail et la puissance du moteur d'un bateau.

Elle définit à la fois la direction que l'on prend et... la vitesse à laquelle on avance !

​L'analyse de sa méthode de travail évite de ​prendre conscience trop tard qu'on fait fausse route ou qu'on s'y prend mal pour avancer.


​Points forts et points faibles de ma méthode de travail

Les points forts

  1. Tout ce que j'ai travaillé a porté des fruits. J'ai fait des progrès dans chaque séquence de gestes. Les gestes sont plus sûrs, plus rapides et plus fluides. J'attribue cela à la pratique de l'apprentissage entrelacé.
  2. Je sais où j'en suis dans chaque morceau (niveau de connaissance, de maîtrise technique, etc.)
  3. Mes séances de travail se déroulent bien car je définis à l'avance tout ce que je dois faire, je le note et je m'y tiens.
  4. Après chaque séance, je note des réflexions si besoin, et cela me donne des pistes pour le peaufinage de ma méthode de travail.
  5. J'ai un sentiment général d'être plus ​confiant dans ma capacité à construire une méthode de travail efficace.

Les points faibles

  1. Bien que je progresse dans mes gestes, je sens comme une fragilité dans la stabilité de ces acquis. En d'autres termes, je réalise mieux les gestes en question mais je sens comme un manque de répétitions pour la plupart d'entre-eux. Je pense que cela peut venir des deux facteurs suivants. D'un, je travaille chaque programme donc chaque geste qu'un jour sur deux. De deux, je ne fais que deux séries de séquences (que je travaille 4 à 5 minutes) par séance de travail de 60 minutes.

  2. Je ne travaille pas assez les morceaux dans leur ensemble. En effet, ma séance de travail technique se concentre sur l'apprentissage de certains gestes uniquement. Ma séance d'enregistrement devrait pallier à cela mais, en raison des canicules, je ne peux pas travailler l'après-midi et le début de soirée dans ma pièce à musique sans mourir de chaud. ​Par ailleurs, j'ai privilégié ​la séance de travail technique et, par manque de temps en mâtinée, je n'ai quasiment pas fait d'enregistrements​. En conséquence, j'oublie presque des détails présents dans certains couplets. Aie !!! Je n'avais pas anticipé cela dans la définition de mon objectif  PRÉCIS !

  3. ​Je manque de séances d'enregistrement au cours desquelles je travaille les morceaux dans leur globalité (guitare + chant).

Les ​manques

​Avec le petit recul dont je dispose, je me rends compte que je travaille trop peu l'interprétation. Pourtant c'est, je pense, l'aspect le plus important à travailler ! Un ami pianiste m'a récemment répété que certains des plus grands, ​comme la pianiste Maria João Pirès​ disent que "la technique n'existe pas !" (cliquez-ici pour voir le reportage en question). Celle-ci ​explique qu'elle n'a jamais travaillé de la technique pure avec des exercices hors contexte... A méditer...

​Améliorer sa méthode de travail pour atteindre ses objectifs

photo-ajustement-méthode-de-travail-ouimusique

​Je vais réfléchir à des améliorations pour chaque point faible listé ​précédemment :

Point faible n°1

Pour pallier à la "fragilité ressentie" des progrès dans mes gestes, je vais réaliser 4 ajustements dans mes séances de travail :

​D'une part, je vais diminuer de 6 à 4 le nombre de gestes travaillés par séance de travail. Ainsi le nombre de cycles de répétition va passer de 2 à 3 par séance de travail.

Pour donner plus de rythme dans ma séance, je vais également réduire un peu la durée d'une série de répétitions. Au lieu de faire ​des séries de 4 à 5 minutes, je vais faire des séries de 3 minutes.

D'autre part, je vais diviser mes gestes en deux catégories, la catégorie "geste fragile" et la catégorie "geste bientôt maîtrisé". Je travaillerai les "gestes fragiles" tous les jours jusqu'à ce qu'ils deviennent "bientôt maîtrisés". Je travaillerai les "gestes bientôt maîtrisés" 1 jour sur 2​.

​Enfin, je vais commencer chaque série par une minute de visualisation du geste.​​​

Point faible n°2

​​Pour pratiquer mes morceaux dans leur globalité​​​, je vais changer le planning de mes journées et faire mes séances d'enregistrement le matin. Dans ces séances, je vais uniquement m'exercer à la guitare. De plus, je vais systématiquement jouer chaque morceau une fois mentalement avant de le jouer physiquement.​ Ce travail durera 30 minutes.

Point faible n°3

​En plus des ajustements précédents, ​je vais effectuer des révisions mentales des morceaux que je connais le moins, à certains moments creux de la journée, comme en début de sieste...

Point faible n°4

​​Pour suivre les conseils de mon ami professeur de piano, je vais davantage me concentrer sur l'interprétation. Ici aussi, je vais m'exercer couplet par couplet. Je vais interpréter le couplet plusieurs fois ​en me focalisant sur le fait de ressentir et d'être "dedans".
Puis, dans un second temps, je vais m'enregistrer​ pour écouter le r​endu, prendre du recul et définir les points à travailler.

​Ajustement bonus​

Enfin, je souhaite ajouter à ce programme un exercice qui me semble important, la répétition de l'ensemble du programme, comme en concert, sans arrêt possible. Quelque soit mon niveau de maîtrise de chaque morceau, je vais les interpréter les uns à la suite des autres pour m'entraîner à les enchainer. J'effectuerai ce programme bonus une fois par semaine.

​Conclusion et ouverture

​Il y a du boulot ! 😉 D'autant plus que là où je suis, à Ibiza, je n'ai pas pu trouver un​e guitare pour le moment. Bien évidemment, je pratique la visualisation pendant les moments creux et je dois avouer que j'ai progresser dans cette discipline​. J'ai d'ailleurs le sentiment de mieux connaître certains morceaux avant que je n​'ai effectué ce travail mental.

​Par ailleurs, je suis très heureux d'avoir fait le bilan de ma méthode de travail aussi tôt. ​Ainsi j'ai pu prendre conscience qu'en continuant ainsi​, je n'arriverai pas en temps et en heure là où je souhaite arriver... Comme quoi, plus on a de recul sur ce que l'on fait et plus on peut "rectifier le tir" rapidement ! ​Ceci me fait penser à une citation du professeur de violon et ex​cellent pédagogue, Léopold Auer, avec laquelle je vais conclure :

Leopold_Auer_in_the_USA
« Joue avec tes doigts et tu auras besoin de toute la journée.
​Joue avec ta tête et tu en feras autant en 1 heure et demi. »

C'est bien tout le mal que je nous souhaite ! 😉 Bien-sûr, si vous avez des questions, des conseils, des critiques ou autre, écrivez-les dans l'espace dédié ci-dessous !

Avec confiance et motivation,

Roman Buchta​

Partager l'article
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 7
    Partages
Roman

Je suis auteur, compositeur et interprète depuis 10 ans. Passionné de sciences cognitives, de psychologie de la motivation et de préparation mentale, je cherche et teste des outils et des astuces pour améliorer la qualité de nos séances de travail musical et notre capacité à exceller sur scène. ;)

  • Alexandra Martin dit :

    C’est génial. Merci pour ces informations très instructives !

  • >